Les clés du bien vieillir : après 65 ans

Même au-delà de 65 ans, il est possible de mettre en oeuvre des stratégies pour lutter contre les effets du vieillissement. Voici les recommandations du Dr Francois Turmel* pour bien vieillir lorsque l'on a 65 ans et plus.
Publicité

Les règles hygiéno-diététiques s'appliquent de la même façon que celles proposées pour les 50 -65 ans (voir notre article " Les clés du bien vieillir : entre 50 et 65 ans - Deuxième partie), qu'il s'agisse des préconisations nutritionnelles ou de l'activité physique. Voici cependant quelques particularités selon le sexe.

1) Bien vieillir, quelques particularités selon le sexe

Pour les femmes :

- La supplémentation en vitamine D est salutaire pour prévenir l'ostéoporose : on en trouve en quantités importantes dans le foie de morue. Sinon, le médecin peut prescrire une supplémentation en vitamine D.

- En cas de constipation très fréquente : augmenter les apports en fibres alimentaires, boire une eau riche en magnésium et recourir à une supplémentation en prébiotiques (fibres bifidogènes) pour stimuler le transit.

- En cas de baisse de la vitalité et de la libido : une supplémentation hormonale peut être indiquée après un contrôle biologique sanguin. À discuter avec son médecin.

Pour les hommes :

- En cas de déficit en androgènes lié à l'âge (DALA) et de troubles de la libido : supplémentation hormonale éventuelle à discuter avec son médecin.

- Sur le plan alimentaire : la consommation de tomates, de pastèque ou de fruits rouges est recommandée pour leur teneur en lycopène, un antioxydant excellent pour la prostate.

Publicité
Publicité

Pour les deux sexes :

- En raison d'une dentition souvent défectueuse, l'appétence pour les viandes diminue, entraînant un risque de carence en protéines d'origine animale : apport en protéines végétales (soja, légumineuses), et consommation d'oeufs et de laitages (yaourts maigres).

- Pour contribuer au bon fonctionnement du système cardiovasculaire et pour maintenir intactes les fonctions intellectuelles le plus longtemps possible, privilégier une alimentation riche en acides gras oméga 3 et oméga 6 : consommer des poissons au moins 3 fois par semaine ou recourir à des compléments alimentaires riches en EPA DHA. Parlez-en à votre médecin.

- Pour prévenir la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) : consommer des fruits rouges riches en polyphénols (myrtilles) et prendre des antioxydants (extrait d'acérola riche en vitamine C et lycopène pour la vitamine A).

- Pour lutter contre la baisse de la masse maigre musculaire (sarcopénie) mais aussi contre l'ankylose articulaire : prévoir une marche régulière et des activités physiques adaptées aux possibilités (yoga, golf, séances de gymnastique douce).

- En cas de troubles intestinaux induits par la consommation de médicaments : rééquilibrer la flore intestinale et renforcer l'immunité naturelle avec un apport régulier en probiotiques.

2) Bien vieillir, les soins à visée cosmétique et esthétique

- Hydrater très régulièrement sa peau car elle est très déshydratée à cet âge, en utilisant les mêmes produits que ceux conseillés aux personnes de 50 à 65 ans. La consommation d'huile de bourrache riche en oméga 6 sous forme de capsules est un bon complément pour l'équilibre de la peau.

- Un apport en vitamines antioxydantes (A, C, E) et du groupe B (B5, B8, B9), en sélénium, en zinc et en acides aminés soufrés (cystéine) renforce la qualité du derme et des phanères.

- La revitalisation de la peau est envisageable à l'aide de différentes techniques de médecine esthétique : mésolift, lumière intense pulsée, mésothérapie sans aiguilles (électroporation).

- Pour les visages avec relâchement cutané :

En cas de relâchement cutané modéré : pose de fils crantés de dernière génération (une solution médicale peu invasive).

En cas de relâchement cutané important : lifting (solution chirurgicale).

- Pour les visages très ridés et très tachés, il existe deux solutions : le peeling profond au phénol ou le laser CO2 ablatif. Attention toutefois aux effets secondaires et aux complications.

Il est très important de choisir un médecin particulièrement expérimenté et aguerri à ces techniques.

C'est en respectant l'ensemble de ces recommandations mises en oeuvre pour contrecarrer les effets délétères liés au temps que nous parviendrons à un " vieillissement réussi ".

* Dr François Turmel, médecin esthétique, diplôme inter-universitaire obésité, vieillissement et esthétique des tissus superficiels, Président de l'Institut national de formation sur la prévention du vieillissement (infoprev.typepad.com).

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 12 Mars 2010 : 01h00