Tiques : 10 répulsifs naturels pour les éloigner

Les tiques peuvent transmettre plusieurs maladies à l'homme comme la maladie de Lyme. Pour éviter leurs morsures lors de vos balades en forêt ou vos séances de jardinage, plusieurs répulsifs naturels sont disponibles. Huiles essentielles, plantes, fleurs… Tour d’horizon des solutions qui repoussent le parasite.
Tiques : 10 repulsifs naturels pour les eloigner

Une quarantaine d’espèces de tiques sont présentes sur le territoire français. Le programme CiTIQUE - lancé en 2016 - a enregistré plus de 56 000 signalements de morsures via l’application Signalement Tique en 4 ans. Sur les 2 500 arachnides acariens récupérés et analysés 15% étaient porteurs de la bactérie Borrelia burgdorferi, responsable de la maladie de Lyme. 14% cachaient un autre agent pathogène potentiellement dangereux pour la santé.

C’est pourquoi il est important de se protéger des morsures de l’animal lors de vos sorties en forêt ou même dans votre jardin, si vous êtes situés dans une région à risques. Pour cela, il faut porter des vêtements longs, placer vos chaussettes au-dessus de votre pantalon ou mettre des bottes. Il est aussi conseillé de rester sur les chemins balisés et d'éviter les hautes herbes, lieux appréciés des tiques.

Des répulsifs sont vendus dans le commerce. Toutefois, des solutions plus naturelles permettent aussi d’éloigner tiques. Découvrez-les dans notre diaporama.

Les tiques ne transmettent pas uniquement la maladie de Lyme

La borréliose de Lyme est une maladie transmise par l’homme par une tique infectée par la bactérie Borrelia burgdorferi sensu lato. Le signe le plus fréquent est une rougeur sur la peau au niveau de la morsure qui s’étend en forme de rond. La fatigue, de la fièvre et des courbatures sont d’autres signes. Si la maladie n’est pas prise en charge d’autres symptômes peuvent apparaître dans les semaines, voire mois après la rencontre avec l’animal : 

  • une paralysie du visage ;
  • des enflures au niveau des articulations ;
  • une douleur à la poitrine, des palpitations ou étourdissements ;
  • d'autres plaques rouges.

Toutefois, si la maladie de Lyme est la zoonose transmise par une tique la plus fréquente et connue dans l’Hexagone, l’animal peut être le vecteur d’autres pathologies :  

  • l’anaplasmose granulocytaire humaine ;
  • les fièvres récurrentes à tiques ;
  • la neoehrlichios e : forte fièvre avec poussées fébriles, sueurs nocturnes, perte de poids, malaise général… ;
  • l’encéphalite à tiques/les infections à TBEV (Tick-borne encephalitis) ;
  • la babésiose, aussi appelée piroplasmose :  maladie infectieuse similaire au paludisme avec fièvre et anémie hémolytique provoquée par des protozoaires Babesia spp ;
  • la TIBOLA (tick-borne lymphadenopathy) ;
  • la fièvre boutonneuse méditerranéenne ;
  • la fièvre hémorragique Crimée-Congo.

La plupart de ces maladies sont des zoonoses, c’est-à-dire que les agents infectieux responsables de la maladie sont transmis à l’homme par le biais des animaux. Les tiques, porteuses de virus et bactéries, contaminent leur hôte lorsqu’elles se nourrissent de son sang. 

"Dans les études américaines le risque de transmission apparaît faible pour des durées d’attachement inférieures à 72 heures. En Europe, des données expérimentales et cliniques ont montré que ce délai est plus court avec un risque augmenté après 24 heures d’attachement. Ce délai dépend du vecteur et de la bactérie, car il a été démontré que la transmission de B.afzelii est plus rapide que celle de B. burgdorferi sensu stricto", précise Santé Publique France sur son site internet.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : https://www.ameli.fr/assure/sante/urgence/morsures-griffures-piqures/morsure-tique-maladie-de-lyme-que-faire
https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-a-transmission-vectorielle/borreliose-de-lyme/la-maladie/