Et si vous mangiez de l’andouille ?

De temps en temps, et à la place du saucisson. Comme celui-ci, l’andouille est une charcuterie, mais moins grasse. D’où son intérêt, en dehors du fait que ça casse la routine saucissonnière.
L’andouille est un vieux produit : il remonte au moins au Moyen Âge et fut très probablement inventé dans le Loiret, à Jazeau. En tout cas, selon la première trace écrite qui en existe.

Rabelais l’a largement faite consommée à Pantagruel, son héros iconoclaste et boulimique. Au 18ème siècle, on trouve différentes recettes d’andouille dans les ouvrages de cuisine.

A lire aussi : Guillotinez-le !

Beaucoup de régions de France ont leur andouille, mais les plus connues sont celles de Guéméné (en Bretagne) et de Vire (en Normandie).

Ce sont celles-là que vous devez acheter : ne vous fiez surtout pas aux andouilles industrielles fabriquées avec du porc venu on ne sait d’où.

100 g d’andouille apportent en moyenne 16 g de lipides mais ces lipides sont surtout des acides gras insaturés. L’andouille est donc moins nocive pour l’appareil cardiovasculaire.

Il y aussi 19 g de protéines et pas mal de sels minéraux et de vitamines du groupe B. Si vous en grignotez à l’apéritif, vous aurez ensuite besoin de moins de viande ou de poisson.

Paule

Probiotiques : Les meilleurs PROBIOTIQUES du marché !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :