Quelles maladies peut-on attraper aux toilettes ?

Ah, les toilettes publiques… Qu’elles soient en apparence propres ou pas, on y imagine toujours des microbes par millions, prêts à se jeter sur nous pour provoquer gastros et autres joyeusetés. Mais les vrais dangers ne sont pas forcément ceux que l’on croit…
© Istock

Sommaire

La gastro s’attrape aux toilettes, aucun doute !

Les gastro-entérites s’attrapent aux toilettes, c'est certain. Le virus est présent dans les selles... se salir les mains est pratiquement inévitable. Par ailleurs, le fait de tirer la chasse sans fermer le couvercle dissémine les matières, et donc les microbes, dans l’atmosphère jusqu’à 25 centimètres au-dessus des toilettes. Résultat, le virus se retrouve sur le bouton de chasse d’eau, les murs, le siège des toilettes, et d’autres endroits encore selon la configuration de la pièce.

Des maladies sexuellement transmissibles aux toilettes ?

La possibilité d’attraper une infection sexuellement transmissible (IST) aux WC est une angoisse pour certaines personnes. On peut l’imaginer à cause du contact avec le siège des toilettes.

Toutefois, vous pouvez vous installer sur le trône sans crainte. Les virus et bactéries responsables des IST (anciennement appelés MST) se transmettent de muqueuse à muqueuse. Ainsi, il est nécessaire d'avoir un contact intime et direct avec un partenaire infecté pour être contaminé. Autrement dit : une pénétration, une fellation, et dans certains cas plus rares un cunnilingus.

De plus, pour ceux qui auraient toujours besoin de réassurance : les germes impliqués dans ces infections sont peu résistants à l'air libre. Ils ne peuvent survivre que quelques minutes hors d'un corps humain. On ne peut pas attraper des IST en s'asseyant sur la cuvette des toilettes.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : (1) Best, EL. Et al., Journal of Hospital infectiology, janvier 2012
(2) Litvinov, IV, Pediatrics, février 2010.
La rédaction vous recommande sur Amazon :