Quand et à quel rythme doit-on faire doser son taux de cholestérol ?

La réponse à cette question dépend de nombreux facteurs, comme de l'âge ou des antécédents familiaux. Elle n'est cependant pas aussi compliquée qu'il y paraît car dans leurs recommandations, les experts ont bien codifié les facteurs de risque et les seuils d'intervention.

Publicité

Premier dosage du cholestérol avant 30 ans

Même les jeunes peuvent avoir un taux de cholestérol élevé. Il faut donc réaliser un premier dosage au début de la vie adulte, entre 18 et 30 ans. Celui-ci nécessite une simple prise de sang à jeun. Le dosage du cholestérol total peut être suffisant, mais pour avoir une idée plus précise, on fait généralement un bilan lipidique, comprenant aussi un dosage des triglycérides (inférieur à 2 g/l) et du HDL-cholestérol, également dit « bon cholestérol » (taux normal entre 0,35 et 0,75 g/l). Le taux de LDL-cholestérol ou « mauvais cholestérol » est calculé à partir des valeurs des précédents (taux normal entre 1 et 1,6 g/l). Attention toutefois, ces taux ne doivent pas être interprétés seuls. Le risque cardiovasculaire ne dépend pas uniquement du taux de cholestérol. Il existe de nombreux facteurs de risque qu'il est indispensable de prendre en compte, tant pour programmer le rythme du dépistage du cholestérol que pour décider de l'opportunité de la mise en route d'un traitement anti-cholestérol. La situation est donc différente si l'on a uniquement un taux de cholestérol élevé ou si l'on cumule par exemple diabète et antécédent familial.

Quels sont les facteurs de risque à prendre en compte ?

  • Age : plus de 50 ans pour les hommes, plus de 60 ans pour les femmes.
  • Antécédents familiaux de maladie coronaire précoce : - infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans chez le père ou chez un parent du 1er degré de sexe masculin,- infarctus du myocarde ou mort subite avant 65 ans chez la mère ou chez un parent du 1er degré de sexe féminin.
  • Tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans.
  • Hypertension artérielle.
  • Diabète de type 2.
  • HDL-cholestérol inférieur à 0, 40 g/l. En revanche, un taux de HDL-cholestérol supérieur à 0,60 g/l constitue un facteur protecteur.
 
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 05 Novembre 2007 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 08 Mars 2012 : 10h40
Source : Recommandations de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), " Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique ", mise à jour mars 2005.