Plus d'obésité chez les enfants d'ouvriers

© Istock

Cette constatation provient d'une enquête menée auprès d'écoliers de CM2. Il existe deux fois plus d'enfants en surpoids dans les familles d'ouvriers non qualifiés que parmi celles des cadres. Aujourd'hui en France, à l'âge de 10-11 ans, plus d'un enfant sur cinq est en surpoids, voire déjà obèse.

Publicité

Cette enquête a été réalisée chez 8.500 élèves français de CM2 durant l'année scolaire 2001-2002, conjointement par les ministères de la Santé et de l'Education nationale.

Les résultats sont frappants. A l'âge de 10-11 ans, près d'un écolier sur cinq est déjà en surpoids, dont 4% sont même obèses. Mais il existe une grande différence en fonction du milieu professionnel. Globalement, le surpoids et l'obésité sont deux fois plus importants dans les milieux défavorisés. Cet écart est encore plus large en considérant l'obésité seule : 7,3% d'enfants obèses dans les familles d'ouvriers non qualifiés, contre 1,3% chez les cadres. Dans les familles d'employés, ce pourcentage est de 3,8% et de 4,7% chez les agriculteurs.Autre fait marquant, le surpoids modéré est aussi deux fois plus élevé chez les enfants de chômeurs : 27,7% contre 15,5% chez les actifs.

Publicité
Publicité

Pour l'instant, aucune explication n'est donnée à cette différence. Bien sûr, on peut suspecter des difficultés financières et une méconnaissance des règles alimentaires. En revanche, les causes du surpoids et de l'obésité sont bien identifiées :

  • la sédentarité, avec une inactivité de plus en plus importante en raison des heures passées devant la télé,
  • une mauvaise hygiène alimentaire.

specter des difficultés financières et une méconnaissance des règles alimentaires. En revanche, les causes du surpoids et de l'obésité sont bien identifiées :

Le petit-déjeuner

Il semble jouer un facteur protecteur. En effet, on enregistre 18% de surpoids chez les écoliers qui déjeunent tous les matins, tandis que ce pourcentage atteint les 26% chez ceux qui partent à l'école le ventre vide, plus de quatre fois par semaine. Et l'absence de petit-déjeuner est plus fréquente dans les familles d'ouvriers, comparativement aux familles de cadres (respectivement 79% contre 91%).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 23 Juin 2004 : 02h00
Source : Publication DREES, juin 2004 ; Le Figaro 12-13 juin 2004 ; Le Quotidien du Médecin 16 juin 2004.