Obésité de l'enfant : santé des dents en péril

© Istock

Le surpoids est connu pour augmenter le risque de nombreuses pathologies, comme par exemple celui des maladies cardiovasculaires ou de diabète. On sait également qu'il potentialise les caries. En revanche, qui sait que toute la santé des dents de l'enfant est mise en jeu en cas d'obésité et qu'il s'agit d'un mécanisme inflammatoire ?

PUB

On ne cesse de parler de la progression effrayante de l'obésité, ce fléau qui touche maintenant largement les enfants. La prévalence de l´obésité infantile ne diffère pas véritablement d´une région à l´autre en France, où elle oscille globalement entre 12 et 15% !On analyse les causes et les conséquences et l'on cherche des remèdes. C'est ainsi que les effets du surpoids sur le risque cardiovasculaire, l'hypertension ou encore le diabète, sont aujourd'hui bien connus. Mais qu'en est-il réellement des effets sur la santé bucco-dentaire ? Le risque carieux est évident, car on imagine bien que l'excès de produits sucrés, que ce soit sous forme de friandises, de chocolat ou de sodas, et les grignotages répétitifs, offrent un environnement buccal néfaste à la bonne santé des dents. Mais ce risque n'est pas le seulCe sujet a été débattu lors du congrès annuel de l'Association dentaire française. Il en ressort que l'obésité se répercute sur la santé de la gencive et de l'os qui la soutient. Et l'on constate que la prévalence des affections de la gencive et de l'os a augmenté en même temps que l'indice de masse corporelle des Français. Cette relation est aujourd'hui particulièrement évidente chez les jeunes de 18 à 34 ans, lesquels sont très probablement en surpoids voire obèses depuis l'adolescence. Comment expliquer ce phénomène ?Selon une des hypothèses, cet excès de risque de parodontite serait favorisé par le tissu adipeux lui-même. En effet, celui-ci sécrèterait davantage de molécules ayant un effet pro-inflammatoire (TNF-Alpha, leptine, interleukine). En d'autres termes, le tissu adipeux entretiendrait une inflammation propice aux affections bucco-dentaires.

PUB
PUB

Confirmation du mécanisme sous-jacent au risque carieux

Les nouvelles habitudes alimentaires et particulièrement les boissons sucrées et le grignotage, contribuent fortement au développement des caries dentaires chez les enfants. En effet, lors de l'ingestion d'un aliment, le pH de la salive baisse durant une quinzaine de minutes, avant de revenir à une valeur normale. C'est cette acidité passagère qui contribue au mécanisme carieux. Or grignotages et boissons sucrées multipliant les baisses de pH salivaire, l'attaque acide des dents est potentialisée. Contrairement à une idée largement répandue, il a été dit que le sucre (saccharose) ne serait pas l'ingrédient le plus nocif. D'autres sources sont citées par ordre décroissant : le raisin sec, suivi des gâteaux, puis des bananes et des frites ex-aequo, et seulement les bonbons et le sucre ordinaire (saccharose), juste devant le pain.Il faut donc bien retenir que le plus mauvais pour les dents de nos enfants, c'est le grignotage. Ensuite, qu'il faut dès le plus jeune âge respecter les règles de base d'une bonne hygiène bucco-dentaire : brossage minutieux après chaque repas et visite régulière chez le dentiste. Et enfin, la surveillance bucco-dentaire doit être renforcée chez les enfants et les adolescents en surpoids ou obèses.La morale de cette histoire est que la cavité buccale ne doit pas être considérée comme un élément à part. Il existe des relations étroites entre pathologies bucco-dentaires et pathologies générales. Nombre d'affections générales peuvent se manifester par des symptômes bucco-dentaires et inversement. De même, nombre d'affections générales, notamment celles d'origine infectieuse, possèdent un point de départ dentaire

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 12 Décembre 2005 : 01h00
Source : Congrès annuel de l'Association dentaire française, 23-26 novembre 2005 ; Ohrn K. et coll., Acta Odontol Scand., 60 (4) : 193-7, 2002 ; Lundin M. et col., Acta Odontol Scand., 62 (5) : 273-7, 2004.