Où en êtes-vous avec votre consommation d'alcool ?
Sommaire

Faites votre bilan !

1. Notez chaque jour ce que vous avez bu pendant une semaine complète (n'oubliez pas les apéritifs, les bières, les digestifs, les verres de vin, etc.).2. Calculez ensuite le nombre d'Unité d'alcool (reportez-vous au paragraphe « Qu'appelle-t-on une Unité d'alcool ? »). Si votre total de la semaine dépasse 14 Unités pour une femme ou 21 Unités pour un homme et qu'il s'agit d'une semaine classique représentant votre consommation habituelle, nous vous conseillons de changer vos habitudes et d'en parler à votre médecin, il vous apportera son aide.Par exemple :Lundi Matinée : rien (0 Unité d'Alcool)Déjeuner : une demi-bouteille de vin (3,5 UA)Après-midi : un demi de bière (1 UA)Dîner à domicile : un whisky + une demi-bouteille de vin (2 + 3,5 UA)Soirée rien (0 UA)Total de la journée : 10 Unités d'Alcool3. Pour modifier vos habitudes, essayez de déterminer les raisons qui vous amènent à boire de l'alcool et de trouver pour chacune d'entre elles une stratégie pour les éviter.Pour me détendre : Peut être cherchez-vous plus à oublier vos soucis qu'à vous détendre. Si c'est le cas, votre consommation est probablement à problème.Je n'ose pas refuser : Préparez des phrases types de refus : « je prends la route », « je n'aime pas ça », « mon traitement ou mes médicaments sont contre-indiqués avec l'alcool », etc.C'est un plaisir : Par convivialité, l'alcool est une raison acceptable, mais il est indispensable de rester vigilant et ne pas dépasser les limites. Par ailleurs, apprécier un bon vin passe obligatoirement par une consommation modérée. Plus l'alcoolémie s'accroît, moins notre cerveau distingue les saveurs.J'en ai besoin pour faire la fête : Pour certains, faire la fête est synonyme d'avoir « un petit coup dans le nez ». Or, on peut parfaitement s'amuser sans se soûler ! De plus, boire dans une soirée comporte de nombreux risques, en particulier, d'accidents de la route et de violence.Ça m'aide à me sentir mieux : Peut être utilisez-vous l'alcool comme moyen d'évasion, pour oublier la réalité quotidienne. Mais utiliser l'alcool comme tranquillisant conduit à augmenter progressivement les doses pour obtenir le même effet, c'est ce qu'on appelle la dépendance !Ça me donne confiance en moi, je suis plus l'aise : Occasionnellement, boire un verre avant un discours, n'a rien de grave. En revanche, si cela devient une habitude pour renforcer continuellement votre confiance en vous, cette pratique mène directement à la dépendance.

Centres d'alcoologie et sites Internet

Si vous vous retrouvez dans au moins trois des situations suivantes, il est important de demander de l'aide à une personne qualifiée de votre choix.

  • J'éprouve le besoin de consommer pour me sentir mieux ou supprimer un mal-être.
  • On m'a déjà fait des remarques sur ma consommation.
  • J'ai déjà eu l'impression que je buvais trop.
  • J'ai besoin d'alcool dès le matin pour me sentir en forme.
  • Je suis anxieux et irritable si je ne consomme pas.
  • Ma consommation perturbe ma vie personnelle, mes études, mon travail.

Si vous vous retrouvez dans au moins trois des situations suivantes, il est important de demander de l'aide à une personne qualifiée de votre choix.

Ne vous sentez plus mal à l'aise lorsque vous portez un masque ! Découvrez le support de masque qui vous simplifie votre quotidien !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Comité Français d'Education pour la Santé (CFES), devenu L'INPES, Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé. Guide pratique, Assurance Maladie et CFES. www.alcoologie.org www.anpa.asso.fr