Travail et santé : s'exprimer est meilleur pour le coeur

Vous avez tendance à vous effacer au travail pour éviter les conflits? C'est souvent plus simple... mais pas forcément bon pour la santé de votre coeur. C'est en tout cas la conclusion de chercheurs suédois dans une étude récente.
Sommaire

Plus de risque cardiaque quand on s'exprime moins au travail

Certaines études ont montré que le fait de gérer les problèmes ou les conflits au travail de manière silencieuse ou invisible (c'est-à-dire sans exprimer les sentiments qu'un traitement injuste déclenche) était lié à des risques cardiovasculaires. Les chercheurs ont donc suivi pendant plusieurs années 2.755 hommes sans problèmes cardiaques.

Cette étude pubiée en 2009 confirme que le lien existe aussi entre un comportement effacé au travail et les incidents de maladie cardiaque (mort subite, infarctus). Elle montre aussi, et c'est peut-être plus important encore, que le risque est proportionnel : moins les hommes expriment leur colère ou leur révolte par rapport à l'injustice au travail, plus leur cœur est à risque.

Gérer les conflits au travail de manière silencieuse

Qu'est-ce que l'on appelle une gestion invisible des conflits au travail ?

Simplement, les gérer sans que rien ne se voie à l'extérieur ou presque. Il s'agit de stratégies comme quitter une pièce quand quelque chose se passe, ou même ne pas réagir du tout lorsque l'on considère qu'une injustice nous est faite.

Ce type de comportement est loin d'être rare. Il est donc utile de dire qu'il est mauvais pour la santé. Même s'il ne faut pas exagérer le danger : sur 2.755 hommes suivis pendant 10 ans, il n'y a eu que 47 incidents cardiaques, pas tous mortels (rappelons que les hommes étaient tous en bonne santé cardiaque au début de l'étude).

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Leineweber C, Westerlund H, Theorell T et al., Journal of Epidemiology and Community Health, 2009.