Oméga-3 et oméga-6 : un subtil équilibre

Tout le monde parle des oméga-3, ces précieux acides gras dont nous manquons et dont les effets sur la santé sont tellement bénéfiques. Pourtant, il ne suffit pas d'augmenter nos apports en oméga-3. Pourquoi et alors comment s'y prendre ?
Publicité

Oméga-3 et oméga-6, des acides gras polyinsaturés essentiels

Les oméga-3 et les oméga-6 sont des acides gras polyinsaturés dits essentiels, c'est-à-dire qu'ils sont indispensables à notre organisme. Ils doivent être exclusivement apportés par l'alimentation car notre organisme ne sait pas les fabriquer lui-même.

Si nous vantons tellement les inestimables bienfaits des oméga-3, cela ne veut pas dire pour autant que les oméga-6 sont mauvais pour la santé. C'est simplement que nous manquons d'oméga-3 tandis que nous consommons beaucoup trop d'oméga-6.

Publicité
Publicité

Oméga-3 et oméga-6 utilisent la même enzyme

Or un bon équilibre entre ces deux types d'acides gras polyinsaturés est primordial car pour être utilisés par l'organisme (par exemple, les oméga-3 entrent notamment dans la composition des membranes de nos cellules), la même enzyme est requise. Avec un rapport oméga-3 / oméga-6 de 1/4, la même enzyme est capable de transformer à la fois les oméga-3 et les oméga-6.

En revanche, si le déséquilibre s'accentue pour atteindre par exemple 1/10, cela revient à dédier exclusivement l'enzyme au profit des oméga-6, les plus nombreux, au détriment des oméga-3, les moins nombreux. Résultat, non seulement les apports en oméga-3 sont insuffisants, mais le peu qui est consommé n'est pas utilisé par l'organisme, l'enzyme ne pouvant faire son travail correctement. Cette situation, nous la vivons actuellement puisque notre rapport atteint 1/15, voire 1/40 pour certains d'entre nous.

 
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 12 Avril 2010 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 18 Mars 2015 : 12h25
Source : Institut Moncey.