Messieurs, vous coucher tard réduit votre fertilité

Publié le 28 Juin 2019 par Sophie Raffin, journaliste santé
Si vous souhaitez avoir des enfants, il est bon de délaisser la télé et Netflix pour aller se coucher tôt... et cela, pas uniquement pour avoir plus de temps pour faire des galipettes. Une étude danoise révèle que le manque de sommeil diminue la fertilité des hommes.
© Istock

Retarder l'heure du coucher pour regarder sa série préférée n'est pas une bonne idée, si on a un désir d'enfant. Une étude danoise présentée lors du congrès annuel de l'European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE – société européenne de la reproduction et de l’embryologie) qui s'est tenu à Vienne du 23 au 26 juin 2019, montre que le manque de sommeil impacte la fertilité des hommes.

Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques ont étudié les habitudes de 104 couples qui essaient d'avoir un bébé depuis deux ans. Ils ont découvert que les hommes qui allaient au lit à 22h30, avaient près de 4 fois plus de chance d'avoir un sperme de bonne qualité par rapport à ceux qui restaient debout jusqu'après 23h30.

De plus, les potentiels futurs papas qui dorment entre 7h30 et 8h00 par nuit ont 6,18 fois plus de chance d'avoir de bons résultats à leur spermogramme que les autres. Par contre, les scientifiques ont assuré lors de la présentation que la qualité du sommeil ou encore le nombre de fois que les hommes se réveillent pendant la nuit n'avaient pas d'impact.

Les résultats de la recherche suggèrent que le manque de sommeil mène le système immunitaire à s'emballer et à attaquer le sperme. De plus, le professeur Hans Jakob Ingerslev, co-auteur de l'étude réalisée à l'université danoise d'Aarhus, a précisé pendant le congrès annuel “les raisons peuvent être psychologiques, car les hommes privés de sommeil sont plus stressés et cela peut avoir un impact sur la fertilité”.

Pour booster votre fertilité, évitez le binge-watching sur Netflix

Le docteur Raj Mathur, consultant en gynécologie à la NHS Foundation Trust de l'Université de Manchester, s'est réjoui de cette découverte. “L'étude montre qu'il y a des points d'optimisation potentiels en ce qui concerne le traitement de l'infertilité masculine”. Il a ensuite poursuivi devant l'assemblée du congrès professionnel “les hommes qui veulent un bébé, devraient se coucher tôt et veiller à avoir assez de repos. Ils devraient réfléchir à ce qui les garde éveillés tard et essayer de changer leurs habitudes, qu’il s’agisse de regarder Netflix ou d’envoyer des e-mails”.

Toutefois, compte tenu de la taille restreinte de l'échantillon, des recherches supplémentaires seront nécessaires pour confirmer les conclusions de l'étude présentée.

Qu'est-ce que la stérilité ?

Parvenir à concevoir un enfant dès la première tentative n'est pas donné à tout le monde. Et cela n'a rien d'inquiétant dans un premier temps. En effet, les données statistiques montrent que la probabilité mensuelle d'obtenir naturellement une grossesse est de 25% pour un couple de 25 ans.

Ainsi, les professionnels considèrent que le couple peut avoir un problème de stérilité après 12 à 24 mois de rapports sexuels complets, réguliers (deux à trois fois par semaine) et sans contraception.

Infertilité : quels sont les critères de diagnostic ?

Après un an de tentatives infructueuses, le couple peut se soumettre à un bilan d'infertilité. Il sera mené à la fois chez l'homme et la femme.

Ils devront tous les deux répondre à un interrogatoire précis sur leur passé médical, leur mode de vie, leur vie sexuelle, les antécédents familiaux.

Un examen gynécologique et un examen des organes génitaux de l'homme seront également réalisés.

En fonction des éléments recueillis, des examens complémentaires peuvent ensuite être prescrits aux femmes comme :

  • une analyse des cycles grâce à la courbe de température,
  • une prise de sang pour mesurer les hormones,
  • une échographie pelvienne par voie endovaginale,
  • une hystérographie (examen radiologique qui permet de voir la cavité de l'utérus et les trompes) et une hystéroscopie (examen réalisé avec une fibre optique,
  • la cœlioscopie abdomino-pelvienne : technique qui permet de visualiser l’intérieur de la cavité abdominale à l’aide d’une caméra et de petites incisions dans de la paroi abdominale.

Lors de la recherche de la cause de l'infertilité, les hommes peuvent être amenés à devoir passer un spermogramme. C'est un examen qui étudie la qualité du sperme (nombre de spermatozoïdes, forme, mobilité, durée de vie...). En fonction des résultats, d'autres examens peuvent être réalisés comme un bilan hormonal, une échographie des organes génitaux, une biopsie des testicules...

La stérilité du couple s'explique par un trouble présent chez la femme dans un tiers des cas. Les problèmes masculins sont à l’origine de la difficulté de concevoir dans les mêmes proportions. Dans certains cas, le problème de fertilité concerne les deux partenaires. Toutefois, dans 15% des cas, la stérilité est inexpliquée.

La rédaction vous recommande sur Amazon :