Manque de sommeil : avec les écrans, nous devenons des dormeurs sentinelles

© Istock

Un tiers des Français se plaint de troubles du sommeil, de mal dormir ou de manque de sommeil. Comment réparer cette part secrète de nous-mêmes, qui, la nuit, lumières éteintes, consolide nos fonctions notamment la mémoire ? Depuis une quinzaine d’années, on connaît mieux les nécessaires effets du sommeil sur la physiologie humaine et les dégâts qu’occasionne son insuffisance. Dormir et rêver sont essentiels à notre santé physique et psychique.

Enquête menée auprès de psychiatres, neurobiologistes, et somnologues. 

PUB

Manque de sommeil : les Français -surtout les jeunes- ne dorment pas assez

Menée en décembre 2015, et réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de la population française, soit 1013 personnes âgées de 18 à 65 ans, l’enquête sur le sommeil et les nouvelles technologies, de l’Institut national du sommeil et de la vigilance que préside le docteur Joëlle Adrien, neurobiologiste, montre que les Français dorment en moyenne 7 heures 05 minutes en semaine et 8 heures 10 minutes le week-end.

Un quart des Français manque de sommeil au point de récupérer, le week-end près d’une heure trente de sommeil supplémentaire par nuit. Ces nuits réduites retentissent sur la journée, et 25 % d’entre eux se déclarent somnolents. Qui plus est, 9 Français sur 10 s’adonnent aux nouvelles technologies… le soir. 80 % des étudiants et des personnes en activité professionnelle passent plus de 2 heures par jour sur leur ordinateur, 62 % plus de 4 heures.

PUB
PUB

« Au travail comme en vacances ! Ces données attestent d’un réel problème de sommeil », s’inquiète le docteur Joëlle Adrien.

Troubles du sommeil : avec les écrans, nous devenons des dormeurs sentinelles

Ce temps devant un écran détériore la qualité du sommeil et altère la vigilance le lendemain. Plus de la moitié de ces utilisateurs non-stop d’ordinateurs, tablettes, Smartphone ont entre 18 et 34 ans et souffrent déjà de troubles du sommeil. Ils mettent plus de temps à s’endormir et leur manque de sommeil par privation devient chronique. La lumière des écrans est un signal délivré à contretemps de l’horloge biologique qui n’est plus capable d’assurer les conditions d’un endormissement rapide ni d’un sommeil récupérateur.

Docteur Sylvie Royant-Parola, psychiatre, présidente du Réseau Morphée et attachée au centre de recherche sur le sommeil de l’hôpital Antoine Béclère : « Les accros de l’écran ont leur attention captée, au moment où ils devraient se désinvestir de ce qui se passe autour d’eux… Envoyant un message paradoxal au cerveau, ils lui donnent en même temps un signal d’éveil et un avis de recherche de sommeil ! Le dormeur ne dort que d’un œil, son esprit n’est pas détendu, il est devenu un dormeur sentinelle qui fait sa ronde ».

Publié par Jacqueline tarkiel le Mercredi 13 Juillet 2016 : 01h04
Mis à jour le Mardi 19 Juillet 2016 : 15h16
Source : "Insomnie : surmonter le mal du siècle"  Magazine Côté Santé N°102 - juin/juillet 2016.
La rédaction vous recommande sur Amazon :