Les règles précoces augmentent les symptômes à la ménopause

Selon une étude menée par l’université du Queensland, avoir ses règles à 11 ans (ou même avant) augmente la probabilité de souffrir de bouffées de chaleur, de sueurs nocturnes des décennies plus tard à la ménopause.

La ménopause n’est pas une transition facile pour de nombreuse femmes. Et il semble que les symptômes sont encore plus importants, si elles ont eu leurs premières règles précocement

Les règles précoces ont un impact à la ménopause

Les chercheurs de l'École de santé publique de l’université de Queensland ont analysé les dossiers médicaux de plus de 18000 femmes d'âge moyen habitant au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie, réunis dans le cadre de la collaboration internationale InterLACE (Life course Approach to reproductive health and Chronic disease Events).

En étudiant ces données, l’équipe du Dr Hsin-Fang Chung de l’établissement australien a fait une découverte surprenante : les femmes qui ont eu leurs règles avant 11 ans, avaient un risque 50% plus élevé de souffrir de bouffées de chaleur fréquentes et de sueurs nocturnes à la ménopause.

Ces participantes ont été comparées à des femmes dont les premières menstruations étaient apparues alors qu’elles avaient 14 ans où plus.  


"Le risque que les femmes qui avaient leurs règles précocement éprouvent les deux symptômes, était plus important que d'avoir uniquement des bouffées de chaleur ou des sueurs nocturnes”, a précisé l’auteure principale de l’étude.

Règles précoces : les risques de maladies cardiaques sont aussi plus grands

Les conséquences des règles précoces ne deviennent pas uniquement visibles à la ménopause. Les chercheurs australiens rappellent qu’elles ont aussi été liées scientifiquement à plusieurs problèmes de santé comme le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Le professeur Gita Mishra, chef du projet InterLACE, indique que l'obésité jouait un rôle important dans les résultats. "Les femmes qui ont eu des règles précoces et étaient en surpoids ou obèses à la quarantaine, avaient un risque deux fois plus élevé d’avoir des bouffées de chaleur fréquentes et des sueurs nocturnes, par rapport aux femmes qui avaient eu leurs premières règles à 14 ans ou plus et avaient un poids normal (IMC compris entre 18,5 et 25, NDLR)", a-t-elle déclaré.

Elle appelle ainsi les patientes ayant vu leur cycle menstruel débuter alors qu’elles étaient âgées de 11 ans ou même moins, à faire attention à leur santé. Elle explique : "ces résultats encouragent les femmes ayant eu des menstruations précoces à s'engager dans des programmes de promotion de la santé, en particulier la gestion du poids à l'âge adulte".

La ménopause, caractérisée par une baisse du taux d'œstrogène, s'accompagne aussi d'une hausse des risques de développer plusieurs maladies et troubles comme le révèle notre diaporama (en haut de page).

Les règles précoces : les causes possibles

Selon l’Inserm, l'âge moyen des premières règles est de 12,8 ans. Toutefois, le début du cycle menstruel varie d’une jeune fille à l’autre. Les professionnels de la santé parlent de règles précoces lorsque les premières menstruations surviennent avant l’âge de 10 ans. Elle peut avoir plusieurs origines :

  • héréditaires : si la maman a eu des règles précoces, la jeune fille est plus susceptible de les avoir tôt ;
  • hormonales : certaines maladies qui touchent l’hypophyse peuvent déclencher le cycle menstruel ;
  • environnementales : alimentation, activité physique, obésité.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.