AVC : les femmes qui ont des bouffées de chaleur sont plus à risque

Selon une nouvelle étude menée par l’université du Queensland, les femmes qui souffrent de bouffées de chaleur et de sueurs nocturnes pendant la ménopause, ont 70% plus de risques d’avoir une maladie cardiovasculaire comme un AVC, une angine de poitrine et une crise cardiaque.
© Adobe Stock
Sommaire

Les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, aussi appelées symptômes vasomoteurs, sont caractérisées par une sensation soudaine de chaleur intense, le plus souvent située au niveau du buste, du cou et du visage. Elle s’accompagne généralement de rougeurs, de frissons et d’une transpiration excessive. Ces troubles peuvent être gênants et contraignants pour les femmes qui en souffrent. Mais, pas seulement ! Des chercheurs de l’université du Queensland ont découvert que les bouffées de chaleur augmentent les risques de souffrir d’une maladie cardiovasculaire. 

Bouffée de chaleur, sueur nocturne : les femmes ménopausées sont les plus à risque...

L’équipe scientifique australienne a analysé les données présentes dans InterLACE, une base réunissant 25 études scientifiques soit plus de 500 000 femmes dans le monde. Après avoir harmonisé les informations recueillies, ils se sont penchés sur les dossiers de 23 365 participantes. En s'appuyant sur ces résultats, les chercheurs ont estimé que les femmes ayant des bouffées de chaleurs ou des sueurs nocturnes après la ménopause sont 70% plus susceptibles d'avoir des troubles cardiovasculaires. Ils ont, entre autres, remarqué un risque plus élevé de souffrir de crises cardiaques, une angine de poitrine et des accidents vasculaires cérébraux.


Le Dr Dongshan Zhu, doctorant à l'École de santé publique qui a travaillé sur l’étude, ajoute “jusqu'à présent, on ne savait pas si les symptômes vasomoteurs étaient associés à une maladie cardiovasculaire, mais maintenant nous savons que c'est vrai".

… mais elles ne sont pas les seules en danger

Si les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes sont les premiers symptômes de la ménopause chez de nombreuses patientes, elles peuvent apparaître à d’autres périodes de la vie (grossesse, trouble hormonal...)

Ces troubles semblent alors rendre ces femmes de moins de 50 ans également plus sensibles aux problèmes cardiaques ou aux AVC. "Les symptômes vasomoteurs avant la ménopause augmente de 40% le risque d'événements cardiovasculaires pour une femme", précise l’expert.

De plus, le risque d'événements cardiovasculaires semble davantage lié à la gravité des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes qu'à leur fréquence ou leur durée. "Nous avons constaté que les patientes présentant une forme sévère du trouble étaient plus de deux fois plus susceptibles de subir un événement cardiovasculaire non mortel par rapport aux femmes qui ne présentaient aucun symptôme", a-t-il déclaré dans l’article.

Pour le professeur Gita Mishra, auteure principale de la recherche, le travail effectué avec son équipe va pouvoir améliorer la prise en charge de la santé cardiaque des patientes. "Cette recherche aide à identifier les femmes qui sont plus à risque de développer des événements cardiovasculaires et qui peuvent avoir besoin d'une surveillance étroite lors de la pratique clinique", assure-t-elle dans l’article paru dans la revue scientifique American Journal of Obstetrics and Gynecology, le 22 juin 2020.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.