Les nouveau-nés en manque de vitamine D, plus à risque de schizophrénie

Les bébés présentant une carence en vitamine D seraient plus à risque que les autres de développer une schizophrénie au cours de leur vie. Une supplémentation des femmes enceintes pourraient être nécessaire pour limiter ce risque.
© Adobe Stock

Quels sont les risques d’une carence en vitamine D ? Selon une étude menée conjointement par des chercheurs de l’université de Queensland (Australie) et d’Aarhus (Danemark), les nouveau-nés présentant un manque de vitamine D seraient plus à risque de développer une schizophrénie au cours de leur vie. Ils publient leurs travaux dans la revue Scientific Reports le 6 décembre 2018.

Un risque de schizophrénie plus élevé de 44%

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs se sont appuyés sur les données de santé de 2602 personnes nées au Danemark entre 1981 et 2000 et ayant développé ou non une schizophrénie à l’âge adulte. Les scientifiques ont alors mesuré les taux de vitamine D contenus dans leur sang prélevé à la naissance et conservé depuis et les ont analysés au regard de leur situation psychologique à l’âge adulte.
Résultat : les nouveau-nés qui présentaient une carence en vitamine D avaient un risque élevé de 44% d’être diagnostiqués schizophrènes à l’âge adulte.
Selon les chercheurs, même si la schizophrénie possède plusieurs facteurs de risque à la fois génétiques et environnementaux, une carence en vitamine D pourrait potentiellement être responsable de  8% des cas de schizophrénie au Danemark. 

Supplémentation en vitamine D pendant la grossesse

Mais alors comment agir contre cette carence pour réduire le risque de schizophrénie ? "Comme le fœtus en développement est totalement dépendant des réserves en vitamine D de sa mère, nos résultats suggèrent que s’assurer que les femmes enceintes aient un taux suffisant de vitamine D pourrait permettre de prévenir certains cas de schizophrénie, de la même manière qu’une supplémentation en folates joue un rôle dans la prévention du spina bifida" propose le professeur John McGrath, co-auteur de l’étude dans un communiqué de l’université du Queensland. Autrement dit, un dosage et une supplémentation en vitamine D pourraient être proposés aux femmes ayant un projet de grossesse et aux femmes enceintes.

Si les pays nordiques aux hivers pauvres en lumière naturelle tels que le Danemark pourraient être particulièrement concernés par des carences en vitamine D, les chercheurs n’excluent pas que les pays plus ensoleillés tels que l’Australie soient également touchés. En cause : les comportements de protection contre les dangers du soleil, qui sont de plus en plus répandus.

600 000 personnes concernées en France

La schizophrénie est un ensemble de troubles mentaux caractérisé par la survenue d’hallucinations, de délires, de paranoïa, de déficiences cognitives, de troubles de la communication, de perte de logique et de raisonnement, de dépression, d’anxiété ou de découragement. Elle survient généralement à l’adolescence ou chez les jeunes adultes. Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), 600 000 personnes sont concernées en France et un·e patient·e sur deux fera au moins une tentative de suicide.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : The association between neonatal vitamin D status and risk of schizophrenia, Eyles et al., Scientific Reports, 6 décembre 2018 
Link between neonatal vitamin D deficiency and schizophrenia confirmed. Communiqué de l’université de Queensland, 7 décembre 2018 
Schizophrénie - Intervenir au plus tôt pour limiter la sévérité des troubles. Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), mis à jour le 1er mai 2014