Les antidépresseurs naturels

© Adobe Stock

Peut-on soigner ses coups de déprime avec des plantes ? Sûrement et sans effet secondaire. En suivant les conseils de Michelle Laurent, naturopathe et de Julie Lannoy, biologiste et phytothérapeute, vous sélectionnerez les plantes les mieux adaptées à vos sautes d’humeur.

PUB

Le millepertuis, en cas de dépression légère ou de déprime hivernale

Quand les coups de déprime ou la dépression saisonnière s’installe durant l’hiver, cette plante du soleil peut vous aider à chasser vos idées noires. Jouant sur la production de la dopamine, la neuro-adrénaline et la sérotonine, son action se rapproche ainsi de celle d’un antidépresseur.

PUB
PUB

Ses limites : N’est pas indiqué aux personnes atteintes de troubles bipolaires et de dépression profonde. Comme il accélère la dégradation des anticoagulants, de la pilule contraceptive ou des traitements contre le VIH, il ne ne faut pas l’associer à ces médicaments.

Son mode d’emploi : En extrait sec, une gélule le matin et une autre en début de soirée. Il faut attendre 2 semaines de traitement avant de voir la situation s’améliorer et 3 mois de traitement sont requis.

La rhodiole, pour les surmenés

Etudiant, chef d’entreprise ou maman hyperactive, vous devez tout gérer en même temps. Et votre tête carbure comme une cocotte minute. Le surmenage intellectuel vous guette. La rhodiole permet de vous recentrer sur vous-même et de retrouver de la concentration.

Ses limites : Déconseillée chez ceux qui prennent déjà un antidépresseur, cette plante peut cependant entrer dans le protocole d’un sevrage aux antidépresseurs allopathiques. Pas avant 15 ans.

Son mode d’emploi : En extrait sec, une gélule le matin et le soir, pendant 15 jours, à renouveler si besoin.

Source : Merci à Michelle Laurent, naturopathe et patient expert, à Vitry sur Seine et à Pointe à Pitre (Guadeloupe) et à Julie Lannoy, biologiste, formatrice officinale et phytothérapeute diplômée.