L'incontinence touche aussi les femmes jeunes, en surpoids ou sportives...

© Istock

Les femmes touchées par l'incontinence urinaire ne sont pas toujours celles que l'on croit. Pour preuve, les sportives et les femmes en surpoids s'ajoutent à la liste des personnes à risques, notamment aux côtés des femmes ménopausées.

PUB

Les différentes formes d'incontinence urinaire

On distingue classiquement l'incontinence d'effort et l'incontinence par impériosité.

La première correspond à une perte involontaire d'urine lors d'un effort musculaire sans être précédé de la sensation de besoin d'uriner. Cette forme d'incontinence est due à un déséquilibre entre la pression abdominale et la capacité de résistance du sphincter de la vessie, qui peut être provoqué par le rire, la toux, les rapports sexuels, l'activité physique.

L'incontinence par impériosité est plus rare et est consécutive à une hyperactivité de la vessie. Elle se manifeste par des envies fréquentes d'uriner.

PUB
PUB

Enfin, ces deux formes peuvent coexister et on parle alors d'incontinence mixte.

Quelles sont les femmes les plus à risque d'incontinence ?

Les accouchements qui malmènent le plancher pelvien et la ménopause constituent les deux facteurs de risque les plus connus de l'incontinence urinaire. Il faut pourtant savoir penser à d'autres causes, également fréquentes : le sport et le surpoids.

L'activité physique et sportive peut aussi exercer des effets délétères sur le plancher pelvien. Certains exercices vont jusqu'à multiplier par 3 à 5 le risque d'incontinence, et ce, quel que soit l'âge. C'est le cas par exemple des exercices impliquant des sauts répétitifs. Jusqu'à 80% des jeunes femmes sportives pratiquant le trampoline pourraient être touchées par l'incontinence. D'autres études suggèrent que près de 30% des athlètes de haut niveau le sont, comme 65% des gymnastes, 50% des joueuses de tennis et 45% des basketteuses.

L'autre grand facteur de risque est le surpoids car la surcharge pondérale tend à exercer une force supplémentaire qui accentue la pression de l'abdomen sur la vessie et les muscles pelviens. C'est ainsi que l'obésité avérée multiplie par 6 le risque d'incontinence. Cet inconvénient s'atténue avec la perte de poids. Le plus efficace est de combiner régime amaigrissant et activité physique. Ces deux mesures permettent de diviser par deux environ le nombre d'épisodes de fuites urinaires.

Publié le 30 Mars 2009 | Mis à jour le 12 Avril 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : 7e semaine nationale de l'incontinence, 23-28 mars 2009.