Dormir plus freine la prise de poids !

Il semblerait que le manque de sommeil augmente le risque de prise de poids.Maintenant, la question est de savoir si la relation inverse est également vraie, à savoir si dormir davantage permet de diminuer le risque de surpoids ?

Quelle est cette relation entre durée du sommeil et prise de poids ?

Manquer de sommeil altère la sécrétion de certaines hormones, notamment celles impliquées dans la régulation de l’appétit, comme la ghréline et la leptine. Ce phénomène explique cette relation entre surpoids et nuits trop courtes.

Dans cette étude, une quarantaine de sujets de poids moyen ont été recrutés, tous identifiés comme étant des petits dormeurs, soit moins de 6 heures par nuit. La moitié d’entre eux ont accepté de dormir davantage, augmentant la durée de leurs nuits à 7-8 heures. Leur indice de masse corporelle (IMC) a été calculé une fois en début d’étude, puis 6 ans plus tard.

Par rapport à des sujets témoins (poids moyens et dormeurs moyens), on constate que les petits dormeurs ont en moyenne un IMC plus élevé : 27,7 contre 25,5.

Six ans plus tard, les sujets témoins et les volontaires qui ont augmenté leur durée de sommeil ont pris en moyenne une unité d’IMC. En revanche, les petits dormeurs ont pris deux unités d’IMC.

Contre la prise de poids, dormez plus !

En définitive, le manque de sommeil favorise bien la prise de poids et inversement, améliorer son sommeil aide à prévenir la prise de poids.

  • Une bonne hygiène de sommeil est donc un gage de bonne santé, y compris pour maintenir un poids stable, voire pour limiter la prise de poids.
  • Et pour améliorer son sommeil, pensez à l’activité physique, pas au moment du coucher bien sûr, mais en journée et le plus régulièrement possible !

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Chapute J.P. et al., International Journal of Obesity, 36 : 752–756, 2012.