Crise cardiaque : les 6 parties du corps qui peuvent la révéler

Chaque année, 80 000 personnes sont victimes d’un infarctus du myocarde - aussi appelé crise cardiaque - en France. 10% des victimes en décèdent dans l’heure qui suit. Il s’agit ainsi d’une urgence vitale dont il faut connaître les signes d’alerte. L'American Heart Association (AHA) a listé les 6 parties du corps qui peuvent potentiellement annoncer un infarctus.
Crise cardiaque : les 6 parties du corps qui peuvent la reveler

L’infarctus du myocarde correspond à la destruction plus ou moins importante d’une partie du muscle cardiaque. Cela se produit lorsqu'une artère coronaire est bouchée, et par conséquent l’apport en sang et en oxygène stoppé. Face à cette urgence vitale, il est important d’agir rapidement.

Afin de sensibiliser la population à cette grave pathologie, l'organisation médicale American Heart Association (AHA) a détaillé les zones du corps où les signes d’alerte sont susceptibles d'apparaître. "Les symptômes d'une crise cardiaque peuvent être immédiats et peuvent inclure une gêne intense dans la poitrine ou d'autres régions du corps”, explique l’association sur son site internet. "Le plus souvent, cependant, les symptômes commencent lentement et persistent pendant des heures, des jours ou des semaines avant une crise cardiaque", met-elle en garde. On vous liste les parties du corps à surveiller dans notre diaporama. 

Infarctus du myocarde : les facteurs de risque à surveiller

"L'infarctus du myocarde, comme les autres maladies cardiovasculaires (maladies du cœur et des artères), est causé par les dépôts de graisse sur les parois des artères", explique l’Assurance Maladie sur son site. Ce phénomène est appelé athérosclérose. Les plaques - composées de cholestérol, de fibres et de débris cellulaires - peuvent parfois se rompre. Ces petits morceaux peuvent entraîner la formation d’un caillot sanguin qui bouche l’artère.

L’athérosclérose est favorisée par plusieurs facteurs de risque : 

  • le tabagisme : il favorise entre autres le rétrécissement des artères et la formation de caillots ;
  • un taux de cholestérol élevé : le mauvais cholestérol (LDL) participe à la formation des plaques d’athérome ;
  • le diabète : "Si le diabète est mal contrôlé, l'excès de glucose dans votre sang peut endommager les parois des artères", prévient l’assurance maladie sur son site ;
  • le surpoids et l’obésité : on parle de surpoids si l’IMC est supérieur à 25 et d’obésité s'il est supérieur à 30 ;
  • l’hypertension artérielle ;
  • la consommation d’alcool : il est recommandé d'éviter d'excéder 10 verres d'alcool par semaine, maximum, sans dépasser 2 verres standard par jour ; 
  • un régime déséquilibré : un régime riche en sel, en gras et en sucre favorise le mauvais cholestérol et une mauvaise santé cardiaque. Il faut veiller à avoir une alimentation saine, équilibrée et de saison ;
  • le stress ;
  • la sédentarité : il est conseillé d’avoir au moins 30 min d’activité physique par jour.

"Il faut y ajouter des facteurs sur lesquels on ne peut agir tels que les antécédents familiaux (dans le cas où le père, la mère, un frère ou une sœur a présenté une maladie cardiovasculaire précoce), le sexe (les hommes sont plus à risque que les femmes) et l’âge (à partir de 50 ans chez l’homme, 60 pour la femme)", rappelle la Fondation pour la Recherche Médicale sur son site Internet.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : https://timesofindia.indiatimes.com/life-style/health-fitness/health-news/6-body-parts-that-can-signal-a-heart-attack/photostory/87776790.cms
https://cpr.heart.org/en/resources/cardiac-arrest-vs-heart-attack
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/infarctus-myocarde/definition-survenue-facteurs-favorisants
https://www.inserm.fr/dossier/infarctus-myocarde/
https://www.frm.org/recherches-maladies-cardiovasculaires/infarctus-du-myocarde/focus-infarctus-myocarde