Ces aliments qui boostent le cerveau !
En partenariat avec :
Sommaire

Manger trop salé nuit au cerveau !

D’après une équipe de chercheurs du centre médical Weill Cornell à Manhattan (New York), une alimentation excessivement salée chez des souris (8 à 16 fois la normale), correspondant aux plus hauts niveaux de consommation de sel chez les humains, entraîne un déficit cognitif.

L’étude* – dirigée par le docteur Costantino Ladecola, neurologue et publiée dans Nature Neuroscience – montre chez la souris qu’un régime hypersalé entraîne une dysfonction neurovasculaire et des déficits cognitifs.

Cet effet délétère du sel sur le cerveau est dû à l’accumulation dans l’intestin d’une classe spéciale de lymphocytes T** (appelés cellules Th17) qui produisent de grandes quantités de cytokine IL17***.

L’interleukine 17 (IL-17) pénètre alors dans la circulation sanguine et agit sur les cellules endothéliales du cerveau (celles qui tapissent les vaisseaux sanguins), en supprimant leur production d’oxyde nitrique (NO).

Or, cette perte d’oxyde nitrique réduit l’apport sanguin au cerveau et provoque un dysfonctionnement neuronal qui touche différents domaines cognitifs. L’étude montre ainsi qu’un excès alimentaire de sel**** a un effet néfaste sur le cerveau, en réduisant le flux sanguin cérébral nécessaire à sa fonction et en augmentant ainsi le risque de développer des troubles cognitifs et une démence.

Mais, bonne nouvelle : en normalisant la consommation de sel (chez la souris), les effets néfastes sur la cognition cessent et la fonction cognitive redevient normale !

Probiotiques : Les meilleurs PROBIOTIQUES du marché !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : *Le docteur Plumey est également l’auteure du Grand livre de l’Alimentation (Éditions Eyrolles) et de Comment maigrir heureux quand on n’aime ni le sport ni les légumes (Éditions Eyrolles).
*« Nature Neuroscience », 16 janvier 2018, Faraco et coll.
**Véritables soldats de l’organisme, les lymphocytes T sont des cellules jouant un rôle dans notre système immunitaire : elles permettent à notre corps de se défendre contre les bactéries, virus, cellules cancéreuse...
***Les cytokines correspondent à un ensemble d’une centaine de protéines synthétisées par différentes cellules de l’organisme. La cytokine IL17, par exemple, joue un rôle important dans notre système immunitaire.
****Pour les adultes, l’OMS recommande de consommer moins de 5 grammes (un peu moins d’une cuillère à café) de sel par jour.
La rédaction vous recommande sur Amazon :