Sel et pression artérielle : quoi de neuf ?

Une étude remet en cause le bien-fondé d’une consommation en sel inférieure à 5 grammes quotidiens, comme le préconise pourtant l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Est-ce souhaitable ? Est-ce que le fait de bannir le sel est plus utile que les médicaments antihypertenseurs sur la pression artérielle ? Des questions à se poser en ce 14 mai, journée mondiale contre l’hypertension.

Publicité

Sel : qui consomme quoi ?

On connait la véritable consommation de sel dans le monde : 46 % des personnes ingèrent entre 10 et 12g de sel quotidiens, 23% plus de 12,5 g et à l’opposé, 10,6% moins de 7,5g chaque jour (1). Autrement dit, presque personne ne suit les conseils de l’OMS (moins de 5g de sel par jour ; sel ajouté à table et celui caché dans les plats préparés, le pain etc.). Quant aux objectifs français du Plan National Nutrition Santé (PNNS) 2011-2015 (soit pas plus de 8 g/jour chez l’homme et 6,5 g chez la femme, et avec 57% des français à moins de 8g de sel ingérés par jour), ils n’ont pas été atteints. Néanmoins, déjà en 2008, 54% de la population adulte mangeait moins de 8g de sel par jour, on n'est pas loin du compte.

Publicité
Publicité

5g de sel par jour, est-ce bien raisonnable ?

Personne ne le conteste, l’augmentation de la consommation de sel contribue à l’élévation de la pression artérielle avec une relation bien définie : au-dessus de 12g de sel par jour, chaque gramme supplémentaire fait légèrement monter la pression artérielle systolique (la pression dans les vaisseaux lorsque le cœur se contracte) de 1 mm de mercure (mmHg). Mais on attend encore la réaction de l’OMS suite à une récente étude (2) conduite chez des personnes bien portantes suivies pendant 5-6 ans : si, d’un côté, l’augmentation de la consommation de sel s’accompagne effectivement d’une augmentation de la mortalité, réduire sa consommation totale en deçà de 5 grammes de sodium quotidiens (soit 10g de sel)* peut être tout aussi nocif !

Pr Xavier Girerd, cardiologue, Service d’Hypertension Artérielle et de prévention des maladies cardiovasculaires (Hôpital de la Pitié Salpêtrière, Paris) : « Cette relation est très gênante vis-à-vis du seuil fixé par l’OMS à 5g/jour de sel. Des valeurs plutôt situées entre 8 et 10g/jour seraient plus raisonnables au vu de cette étude, ce qui correspond à une mortalité moindre et à la consommation fixée par le PNNS ».

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Vendredi 22 Avril 2016 : 15h51
Mis à jour le Mardi 10 Mai 2016 : 22h58
Source : *Sel et sodium ne sont pas synonymes! Le sel (NaCl) comprend 40% de sodium et 60% de chlorure ; 1g de sodium = 2,5g de sel, autrement dit 1g de sel contient 0,4g de sodium Na;
(1) NEJMed 2014 ; 371, 612-23 ; (2) NEJMed 2014 ; 371, 601-11 ; (3) Am J Hypertens 2012 ; 25 : 1-15 ; (4) J Am Coll Cardiol 2001 ; 57 : 590-600 ; (5) Hypertension 2009 ; 54 : 756-762 ; (6) Ann Intern Med 2002 ; 136 : 493-503
D’après un entretien et l’intervention du Pr Xavier Girerd, cardiologue, Service d’Hypertension Artérielle et de prévention des maladies cardiovasculaires (Hôpital de la Pitié Salpêtrière, Paris) à l’occasion du congrès Forum Codia (Paris, 16,17 février 2016) et du Pr Jean-Jacques Mourad, hypertensiologue (Hôpital Avicenne-Bobigny).
La rédaction vous recommande sur Amazon :