Alzheimer : avoir des dents en moins augmente vos risques d'avoir la maladie

Avoir des dents en moins ou souffrir d’une parodontite augmente vos risques de souffrir de démence ou de la maladie d’Alzheimer 20 ans plus tard. Voici les conclusions d’une nouvelle étude menée par l'École de santé publique de l'Université du Minnesota.
© Adobe Stock
Sommaire

Avoir des dents en moins ou une mauvaise santé bucco-dentaire est souvent très gênant pour les personnes qui en sont victimes, mais pas uniquement ! L’équipe de l’University of Minnesota School of Public Health (USA) montre que ces troubles peuvent cacher un avenir inquiétant

Le lien entre santé bucco-dentaire et démence confirmé

La nouvelle étude publiée dans la revue médicale Neurology assure qu’il y a un lien les stades de la parodontite et une légère déficience cognitive et la démence 20 ans plus tard. L’auteur principal Ryan Demmer explique "nous avons examiné la santé dentaire des gens sur une période de 20 ans et avons constaté que les personnes atteintes de la forme de parodontite la plus grave au début de notre étude avaient environ deux fois plus de risques d’avoir des troubles cognitifs légers ou une démence à la fin”.

La parodontite est une inflammation des tissus entourant les dents appelés la parodontite. C’est une forme de maladie parodontale plus grave que la gingivite. Elle entraîne un gonflement des gencives, des douleurs, une hypersensibilité dentaire et des abcès. Un déchaussement des dents peut aussi survenir lorsque la pathologie évolue depuis longtemps.


Ne pas avoir de dents augmente les risques de démence

Dans le cadre de ses travaux, le chercheur a suivi avec l’aide de son équipe plus de 8000 personnes qui participaient à un programme suivant leur santé tout au long de leur vie. Dans le cadre de cette étude, elles devaient subir un examen dentaire à la soixantaine. Aucun participant ne souffrait de démence, une condition qui inclut la maladie d’Alzheimer, à ce moment-là.

En étudiant par la suite leur dossier médical sur une durée médiane de 18 ans, les scientifiques ont trouvé un lien entre la santé buccodentaire et le développement de troubles cognitifs. 

Environ 19% des participants ont globalement développé une démence pendant cette période. Mais il y avait des différences claires selon la gravité de la parodontite. Parmi ceux qui avaient déjà une maladie des gencives sévère, 22% ont développé une démence, et 23% de ceux qui avaient des dents en moins à 60 ans souffraient de ces troubles cognitifs. Chez les patients ayant une forme légère de la pathologie parodontale au début, 623 personnes sur 3470 (soit 18%) ont développé une démence. 

Pendant ce temps, seulement 14% des personnes sans maladie des gencives ont développé une démence. L'étude a pris en compte d'autres facteurs susceptibles d'influer sur le risque de démence, tels que le diabète, l'hypercholestérolémie et le tabagisme.

Le professeur Ryan Demmer a précisé qu’une analyse sur un groupe plus restreint avait aussi mis en évidence un lien entre la parodontite et la maladie d’Alzheimer ainsi que la démence vasculaire (perte de la fonction cognitive due à la destruction du tissu cérébral).

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.