Maladie d'Alzheimer : les raisons d'espérer

© Istock

En France, environ 900 000 personnes sont atteintes par la maladie d’Alzheimer et 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Faute de guérir, cette maladie neurodégénérative, qui affecte la mémoire, continue de faire peur. Pourtant, il y a des raisons d’espérer selon les scientifiques rassemblés à Bordeaux lors de la Semaine de la Mémoire.

PUB

Traitement de la maladie d’Alzheimer : la recherche progresse

Actuellement, aucun médicament ne permet de guérir la maladie d’Alzheimer mais la recherche avance et un traitement prometteur est en cours d’expérimentation.

Les premiers résultats d’un essai en phase 1 et 2, publiés dans la revue Nature, comparant l’administration à 160 patients atteints d’une pré-démence de quatre doses d’un anticorps monoclonal, l’aducanumab,à celle d’un placebo a entrainé une réduction des plaques amyloïdes (un des deux marqueurs avec la protéine Tau de la maladie) dans leur cerveau et une stabilisation de leurs troubles cognitifs.

Une autre molécule, le solanezumab, est testée en phase 3. « Elle n’a pas donné de résultats sur les patients à un stade avancé de la maladie mais elle a démontré une efficacité sur ceux étant à un stade précoce, notamment une amélioration de leurs performances cognitives sur 18 mois », explique le Pr Jean-François Dartigues, neurologue à Bordeaux. Les conclusions de l’essai sont attendues fin 2016.

PUB
PUB

Chercheurs, firmes : entre optimisme et prudence

« On a beaucoup progressé sur les mécanismes de la maladie d’Alzheimer, on sait aujourd’hui qu’il faut intervenir tôt pour bloquer le processus dégénératif. C’est tout l’enjeu car il démarre dix à quinze ans avant les premiers symptômes », affirme le Dr Bernard Laurent, neurologue à Saint-Étienne.

Pour autant, les chercheurs restent prudents.

Il y a quinze ans, une expérimentation avec un autre médicament probant a été interrompue en raison des complications graves qu’il avait provoquées chez certains patients, notamment des encéphalites auto-immunes. Bernard Laurent : « On connait à peu près les cibles inflammatoires de la maladie mais le cerveau est complexe et il y a beaucoup d’interactions ». L’expérience a laissé des traces dans les esprits : « Avant les malades et leurs familles se battaient pour participer à un essai thérapeutique. Aujourd’hui, ils sont très réticents », souligne la psycho-gérontologue Hélène Amiéva du Conseil scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires

Néanmoins, l’optimisme reste de mise. Pr Dartigues : « Il est probable qu’il y ait un progrès décisif dans les cinq ans. Certes, il faut rester modeste mais il y a encore deux ou trois ans, nous n’avions plus d’espoir, les firmes se désintéressaient de la maladie d’Alzheimer car elles ne voyaient pas d’issue. Nous allons trouver un traitement, c’est sûr. Le seul moyen, c’est la recherche ».

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Lundi 10 Octobre 2016 : 10h28
Mis à jour le Lundi 10 Octobre 2016 : 12h46
Source : -Entretien avec le Pr Jean-François Dartigues, neurologue et directeur honoraire de l’Institut de Santé Publique, d'Épidémiologie et de Développement (Isped) à Bordeaux. 
-Colloque « A-t-on commencé à vaincre la maladie d'Alzheimer ? », organisé à Arcachon le 21 septembre 2016 par l’Observatoire B2V de la mémoire à l’initiative de la « Semaine de la mémoire » qui s’est déroulée à Bordeaux du 19 au 25 septembre 2016. L’observatoire est porté  par le groupe de protection sociale B2V.