Attention aux dents et gencives du cardiaque

Publié le 16 Janvier 2006 à 1h00 par Dr Philippe Presles
A la suite d'une maladie cardiaque, les rechutes sont augmentées en cas de parodontite, une infection bactérienne banale et bénigne des tissus de soutien de la dent. Au final, cette affection bucco-dentaire diminue l'efficacité de la prévention cardiaque.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Parodontite et gingivite

La parodontite est une maladie infectieuse

Les bactéries buccales génèrent une inflammation, laquelle détruit petit à petit le tissu de soutien des dents. Résultat, les dents tiennent mal et tendent à se déchausser. A savoir que la parodontite découle souvent d'une gingivite (inflammation des gencives).

Les signes de la gingivite

Le signe évocateur de ces inflammations gingivales est une gencive douloureuse, rouge et gonflée, qui saigne très facilement, rendant le brossage des dents particulièrement difficile.

Un lien entre parodontite et maladie cardiovasculaire : attention à la rechute

Plusieurs études ont déjà suggéré une relation entre les bactéries buccodentaires et les affections cardiovasculaires. Sur le même principe, existe-t-il un lien entre parodontite et maladie cardiovasculaire ?

Des chercheurs ont précisément souhaité savoir si, à la suite d'une maladie cardiaque, les rechutes étaient associées à la présence de parodontite. Pour cette analyse, près de 150 patients hospitalisés pour des troubles cardiaques (infarctus du myocarde et angine de poitrine) ont été recrutés et ont subi des examens visant à évaluer l'état de leurs gencives. Ensuite, la moitié d'entre eux ont bénéficié d'un traitement par antibiotiques durant trois mois, thérapeutique de référence visant à prévenir les récidives d'accident cardiaque. L'autre moitié des sujets ont reçu un placebo.

Un an plus tard, le taux de rechutes a été examiné : il est plus faible chez les patients traités par antibiotiques, sauf en cas de parodontite.

En d'autres termes, les patients n'ayant pas une bonne santé buccodentaire, et plus précisément ceux qui présentent une parodontite, sont plus nombreux à avoir été victimes d'une récidive dans l'année : 34 % contre 21 % des patients ayant des dents et des gencives saines.

Cette différence est encore plus marquée chez les jeunes cardiaques de moins de 65 ans : seuls 10 % des sujets pourvus de bonnes dents ont fait des rechutes, contre 34 % des patients souffrant des gencives.

Ce qu'il faut retenir

L'action des traitements préventifs de la rechute cardiaque est fortement diminuée chez les patients atteints de parodontite.

  • Une parfaite hygiène buccodentaire est indispensable à tous les âges de la vie et quels que soient les problèmes de santé.

     

    En effet, toute affection des dents et des gencives peut se répercuter défavorablement de multiples façons, d'où l'intérêt de les prendre en charge précocement.

  • Prévoir au minimum une fois par an une visite chez le dentiste.
  • Brossage soigneux biquotidien des dents et détartrage régulier constituent les deux actions de base.

Les relations entre parodontite et maladies cardiovasculaires continuent de faire l’objet de recherches, comme cette étude confirmant qu’une parodontite non traitée augmente le risque cardiovasculaire (1).

C’est ainsi que la parodontite apparaît comme un facteur de risque cardiovasculaire (infarctus, AVC, hypertension, thrombose…).

Source : Paju S. et coll., " Clarithromycin reduces recurrent cardiovascular events in subjects without periodontitis ", Atherosclerosis, 30 décembre 2005.