Voyageurs : consultez en cas de fièvre !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 04 Août 2006 : 02h00
-A +A
Chikungunya, dengue ou encore malaria, les risques infectieux guettent les voyageurs. Peut-on encore oser voyager ? Comment se protéger ? Quel est LE signe à ne pas négliger ? C'est la fièvre !

Malgré les épidémies signalées tout au long de l'année (grippe aviaire, chikungunya à la Réunion, dengue en Guyane), aucune destination n'est déconseillée. Certaines précautions sont pourtant utiles et le ministère de la Santé met à jour chaque année ses conseils aux voyageurs.

Les deux plus grands conseils à retenir sont les suivants :

  • Se protéger très efficacement des moustiques.

  • Consulter immédiatement en cas de fièvre, même si elle est légère, même si elle se manifeste plusieurs semaines après le retour.

Le chikungunya

La Réunion, l'île Maurice, les Comores, les Seychelles, mais aussi l'Inde et Madagascar sont encore touchés par l'épidémie de chikungunya. Ces destinations ne sont cependant pas à proscrire.

La maladie se manifeste après 4 à 7 jours d'incubation par de la fièvre et des douleurs articulaires et musculaires. Les formes graves sont très rares mais les douleurs peuvent persister plusieurs mois.

Le traitement est celui des symptômes avec un antalgique en première intention, et plus particulièrement du paracétamol.

La seule prévention est la protection contre les moustiques du genre Ades, lesquels piquent la journée et non la nuit, et surtout en début et fin de journée : vêtements couvrants, imprégnés d'insecticides, répulsifs sur les parties découvertes, diffuseurs dans les chambres, moustiquaires aux fenêtres, rideaux et voilages imprégnés d'insecticides, climatisation, etc. Concernant les nourrissons de moins de trois mois : moustiquaire imprégnée et vêtements couvrants.

Et au moindre signe de fièvre, il faut consulter !

La dengue

Tous les pays tropicaux et subtropicaux sont menacés. La liste des pays concernés est tenue à jour par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et est disponible sur leur site internet (www.who.int/topics/dengue). L'infection est généralement bénigne. Elle se manifeste après 5 à 6 jours d'incubation par un syndrome grippal (fièvre, courbatures) et guérit spontanément. Mais dans de rares cas, la maladie évolue vers une forme grave hémorragique. Ce risque est plus élevé chez les enfants. Mais également chez les personnes ayant déjà été atteintes par la forme bénigne de la maladie.

Comme pour le chikungunya, la prévention repose sur la protection contre les piqûres de moustiques du genre Ades. Le traitement est celui des symptômes. Attention, pas d'aspirine car cette molécule peut favoriser les formes hémorragiques de la maladie.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 04 Août 2006 : 02h00
Source : Le Panorama du médecin, 5 juin 2006.
A lire aussi
Attention au moustique tigre en France Publié le 09/08/2013 - 14h14

En France, les moustiques tigres sont sous surveillance et des actions sont mises en place pour prévenir leur multiplication. En effet, il ne faudrait pas qu’en s’implantant sur notre territoire ils disséminent des maladies infectieuses tropicales…

Moustique : choisir le bon répulsif Publié le 17/07/2006 - 00h00

Il est désagréable de se faire piquer par un moustique. D'autant plus que dans certains pays, ils peuvent transmettre des maladies redoutables, comme le paludisme, le chikungunya, la dengue ou la fièvre jaune. Le choix d'un produit anti-moustique est donc particulièrement important.

Plus d'articles