Silence, je conduis !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 07 Avril 2004 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 03 Août 2016 : 17h05
Nous savons tous qu'il est déconseillé de parler au conducteur, d'autant plus si l'itinéraire est compliqué ou si la circulation est chargée. Et bien, il en est de même avec le volume de l'autoradio. On s'en doutait, mais c'est aujourd'hui scientifiquement prouvé : un bruit trop important diminue le temps de réaction.

Le bruit altère les réflexes et la conduite

Nous savons tous qu'il est déconseillé de parler au conducteur (y compris via son téléphone), d'autant plus si l'itinéraire est compliqué ou si la circulation est chargée. Et bien, il en est de même avec le volume de l'autoradio.

Qui n'a jamais croisé une voiture dont le volume de l'autoradio était si élevé que la musique s'entendait de l'extérieur, voire jusque dans votre propre voiture ? Qui n'a jamais augmenté le son à l'excès sur sa chanson préférée ? En plus d'un risque important de lésions auditives, rouler « radio à fond » représente un danger réel en termes de concentration. Une équipe canadienne s'est attelée à démontrer ce phénomène. Au-delà de vouloir prouver une idée déjà soupçonnée de tous, il s'agissait plutôt d'apporter des preuves qui ont servi de base à des messages de prévention.

Des volontaires ont réalisé différents types d'exercices physiques et mentaux dans des environnements dont le niveau sonore variait de 53 à 95 décibels. Le niveau le plus bas correspondait globalement à celui que l'on subit dans un bureau calme et le plus élevé à celui d'une circulation avec passage de poids lourds ou à celui d'un chantier de construction.

Les auteurs constatent, sans surprise, qu'un bruit de fond moyen diminue de 5% les aptitudes physiques et mentales, tandis que la baisse des capacités atteint les 10% dans un lieu fortement bruyant. Parallèlement, plus les tâches à accomplir demandent de la concentration, plus elles sont affectées par le bruit. À titre d’exemple, les performances à un jeu vidéo diminuent de 20% avec un niveau sonore de 95 décibels.

PUB

Conduire nécessite le calme

Ainsi, plus l'environnement est bruyant, plus le temps de réaction s'allonge. Et ce temps de réaction peut être fatal au volant.

En voiture, la vie peut se jouer à un fil. Restez toujours concentré, ne vous laissez pas distraire et n'abusez pas de la musique ni des infos. Vous conduisez ! Ce n'est pas le moment de chanter ni de danser. Si vous avez des passagers, ne vous laissez pas entrainer dans une discussion animée et demander le calme à l’arrière. Évidemment, pas de téléphone au volant, y compris avec le kit mains-libres. On peut se demander quand le kit Bluetooth sera lui aussi interdit !

Et si vous augmentez le volume de la radio pour lutter contre un coup de fatigue, vous avez tout faux, sans oublier que vous mettez également la vie des autres en danger !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 07 Avril 2004 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 03 Août 2016 : 17h05
Source : Duane Button, université Memorial de Terre Neuve, Canada ; www.jim.fr.
A lire aussi
Tumeur auditive : attention au bruitPublié le 06/03/2006 - 00h00

Le neurinome du nerf auditif est une tumeur bénigne mais qui tend à évoluer et à atteindre le cerveau. Cette affection peut alors poser un véritable problème. Il semblerait que les personnes exposées à des niveaux sonores élevés soient plus vulnérables à cette affection.

Quand la musique rend sourdPublié le 18/04/2005 - 00h00

Le risque auditif n'est pas uniquement présent dans la vie professionnelle. Le bruit peut aussi se révéler néfaste pendant les loisirs, et notamment en écoutant de la musique à un niveau sonore élevé. Le risque est alors d'autant plus pernicieux que la nocivité est masquée par le plaisir...

Baladeur : quel risque auditif ?Publié le 03/03/2004 - 00h00

En balade, en voiture, en train, en métro et même à la maison, les baladeurs nous accompagnent partout, à tel point que certains ne peuvent plus s'en passer et s'endorme avec. Quels sont les risques pour nos oreilles ? Le nombre de décibels bien sûr et la durée d'exposition !

Plus d'articles