Seniors et sport : se bouger sans se bousculer…

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 10 Juin 2002 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 21 Juillet 2016 : 15h46
-A +A

Faire du sport, c’est le meilleur médicament contre presque tous les aspects négatifs du vieillissement. Mais comment bouger quand on prend de l’âge ? Le Dr Charles Thiebauld, médecin du sport à Uccle (Bruxelles) et auteur du livre « Le sport après 50 ans »*, revient sur les risques et les manières de s’en protéger.

Sport pour les seniors : ce qu’il faut éviter

Si la pratique sportive est globalement quelque chose de très positif, elle présente néanmoins des risques lorsque l’on dépasse les 60 ou 65 ans. Le cœur et les vaisseaux sont moins tolérants à l’effort, surtout s’ils ont été abîmés depuis des années par de l’hypertension ou un excès de cholestérol. De même, les muscles et les articulations sont plus fragiles et doivent être protégés.

C’est pourquoi il y a certaines choses qui sont à éviter quand on est senior et que l’on pratique un sport, comme l’explique le Dr Charles Thiebauld : « Les sports de contact en général ne donnent pas un bon résultat. Je conseille aussi de s’éloigner de la compétition, qui risque d’encourager à forcer, ce qui est dommage. Quand on est âgé, il vaut mieux que le sport reste une activité de détente, pratiquée à son rythme. Trop en faire, ce n’est pas une bonne idée ! »

Comprendre l’impact de l’âge sur la pratique sportive

Le corps change quand nous vieillissons, et c’est bien naturel, explique le Dr Thiebauld : « on peut voir notre corps comme un élastique. Si l’on tire dessus il s’agrandit, mais il y a tout de même une limite à ne pas dépasser. Une personne jeune est un élastique épais, qui peut beaucoup s’agrandir et tenir si l’on tire fort dessus. Une personne âgée est un élastique très fin, qui risque de se casser si l’on exagère… »

Il y a des limites que l’on peut mesurer : la fréquence cardiaque ne doit normalement pas dépasser le chiffre de 200 – l’âge de la personne (donc 150 à trente ans, 130 à septante ans, etc.). D’autres sont plus subtiles, comme le fait que le corps met plus longtemps à se remettre d’un effort. Les courbatures mettent un peu plus de temps à apparaître, et aussi à disparaître, par exemple.

Il y a aussi des signes d’alerte que tout sportif qui a dépassé les cinquante ans doit savoir repérer :

  • Douleur thoracique.
  • Essoufflement anormal.
  • Malaises et chutes de tension.
  • Vertiges.
  • Crampes à répétition.

Tout ceci indique que « quelque chose ne va pas », et mérite d’être exploré avec un médecin.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 10 Juin 2002 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 21 Juillet 2016 : 15h46
Source : Dr Charles Thiebauld, médecin du sport, Centre de médecine générale et de médecine du sport à Uccle (Bruxelles).
*Charles Thiebauld et Pierre Sprumont, « Le sport après 50 ans », éd. de boeck, 2005.
A lire aussi
Crise d’épilepsie : l’activité sportive en toute quiétude Publié le 17/03/2016 - 11h19

Les sports collectifs, l’athlétisme, les sports de raquette etc. sont à pratiquer sans limite même lorsque l’on souffre d’épilepsie. Une réserve importante cependant pour les sports mécaniques, nautiques ou aériens : du fait d’un risque vital ou de blessure grave en cas de crise...

En forme après 50 ans : dormir, manger, bouger ! Publié le 02/04/2009 - 00h00

Au cap de la cinquantaine, c'est une nouvelle phase de la vie qui s'ouvre. Plus de temps libre, moins de stress, mais aussi un corps qui demande à être traité avec plus de ménagement. Comment rester en forme à travers tous ces changements ?

Davantage d'incontinence chez les sportives Publié le 18/12/2009 - 00h00

Les femmes sportives qui pratiquent une activité physique régulière, soutenue ou intense, présentent plus de risque d'être atteintes d'incontinence urinaire d'effort. En fait, tous les sports qui entraînent une pression sur l'abdomen sont à risque d'incontinence urinaire d'effort. Quelles...

Plus d'articles