Quel est le premier motif de consultation en gynécologie ? Les mycoses vaginales

Quel est le premier motif de consultation en gynécologie ? Les mycoses vaginales

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Juillet 2000 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 16 Juin 2016 : 14h57
Les mycoses vaginales représentent la première cause de consultation en gynécologie. Elles sont dues à des champignons microscopiques. Pourtant, les mycoses vaginales sont souvent favorisées par une hygiène intime trop stricte. Explications.

Quelle est l'utilité de la flore vaginale ?

La notion de flore locale est essentielle à comprendre : si l'intérieur du corps est stérile, l'extérieur est rempli de microbes. Entre ces deux espaces, les zones d'interface comme la bouche ou le vagin disposent de flores locales constituées de germes qui sont en équilibre entre eux. C'est cet équilibre qui empêche les infections de se constituer, tout nouveau microbe pathogène étant combattu sur place par les autres germes selon un phénomène de compétition.

Ce processus est vital pour l'organisme (flore buccale, flore vaginale, flore intestinale). Fait intéressant à connaître, cette flore locale peut aussi avoir d'autres fonctions. Ainsi, la flore digestive (le tube digestif constitue un monde extérieur...) est indispensable à la digestion.

La flore vaginale est un équilibre fragile

Ces équilibres sont fragiles et s'agissant de la flore vaginale, de nombreuses causes peuvent les perturber. Il en est ainsi de tous les facteurs favorisant un sur-développement des germes en leur constituant un milieu profitable, comme le diabète (plus de sucre) ou la survenue des règles (le sang contenant de nombreux constituants nutritifs, de nombreuses femmes ressentent ainsi un léger picotement au moment de leurs règles).

Mais les facteurs diminuant le nombre de ces microbes aboutissent au même effet, le déséquilibre ainsi obtenu favorisant la croissance d'un germe aux dépens des autres, lequel peut devenir pathogène par excès.

C'est ainsi que les deux causes les plus fréquentes de mycoses vaginales sont la prise d'antibiotique et l'excès d'hygiène intime.

La responsabilité de la prise d'antibiotique est facile à comprendre : en tuant les bactéries, ceux-ci favorisent la croissance des champignons comme les Candida.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Juillet 2000 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 16 Juin 2016 : 14h57
Source : FMC Hebdo N°79 13 juin 2000
A lire aussi
Mycose vaginale : les signes qui ne trompent pas !Publié le 28/01/2013 - 10h37

Les mycoses vaginales sont des infections bénignes très fréquentes dues à un champignon, Candida Albicans, d’où son autre nom de « candidose » vaginale. Quels sont les signes typiques indiquant une prolifération de ces champignons ? Comment reconnaître une mycose vaginale ?

Les mycoses vaginales en 4 questions/réponsesPublié le 07/04/2015 - 09h54

Entre 10 et 20 % des femmes développent des mycoses vaginales. Ces affections représentent l’un des premiers motifs de consultation en gynécologie. Bénignes, elles nécessitent un traitement simple puis la mise en place de quelques règles d’hygiène pour prévenir les récidives.

Pertes blanches : et si c'était une vaginite ?Publié le 24/02/2012 - 11h04

Une vaginite désigne une inflammation du vagin qui peut avoir différentes origines : bactérienne, mycosique, virale, hormonale, etc. En revanche, les symptômes sont comparables, à commencer par des pertes blanches ou « leucorrhées », des démangeaisons, des douleurs lors des...

Plus d'articles