• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    0 avis
  • Commentaires (0)

Des pesticides dans nos assiettes !

Des pesticides dans nos assiettes !

La France est le troisième consommateur mondial de pesticides et le premier Européen devant l'Allemagne. Même si la consommation des pesticides baisse régulièrement depuis l'année 2000, les 80 000 tonnes de substances actives commercialisées en 2002, laissent rêveur ! Alors, que fait-on ?

Les pesticides sont présents partout, dans l'eau, dans l'air, dans les brouillards et dans nos assiettes. Dans l'eau, d'après l'IFEN (Institut français de l'environnement), on trouve des résidus de pesticides dans 96 % des eaux superficielles et dans 61 % des eaux souterraines, en France. Dans l'air, selon l'INRA de Rennes, tous les échantillons d'eau de pluie examinés contenaient des pesticides dans des proportions dépassant pour 60 % d'entre-elles la concentration maximale admise (CMA). Les brouillards, eux, présentent des concentrations supérieures à celles constatées dans les eaux de pluie. Il y a des pesticides partout, dans nos maisons du fait de l'utilisation des insecticides, dans nos organismes (via l'eau, l'air et les aliments).

La grande famille des pesticides

Sous le terme générique de pesticides, très couramment utilisé, se distinguent trois types de substances aussi appelées phytopharmaceutiques, qui correspondent à trois usages agricoles différents: les herbicides, les fongicides et les insecticides. Sous chacune de ces appellations, on retrouve un grand nombre de familles chimiques différentes, aux propriétés et aux modes d'action variés. Pour les organismes concernés, il fallait, d'abord, répertorier les molécules utilisées et leurs usages, ensuite évaluer les volumes commercialisés et enfin établir la probabilité que ces molécules contaminent les milieux et les denrées avec un calcul du risque pour la santé humaine et l'environnement.

Les humains contaminés

Les pesticides ingérés se fixent dans les tissus adipeux, le cerveau, le sang, le lait maternel, dans le foie, dans le placenta et même dans le sang du cordon ombilical. Les résultats issus de laboratoires du monde entier, affluent et les conclusions vont toutes dans le même sens. En 2000, un laboratoire australien, avait mis en évidence la transmission de résidus de pesticides de la mère à l'enfant à naître et l'on trouvait déjà la trace de trois pesticides dans le foetus, même le liquide amniotique révélait la présence de traces de DDE, produit de dégradation du célèbre DDT. On ne compte plus les victimes (plus de 220 000 décès par an, selon l'OMS) et un million d'intoxications graves dans le monde agricole et plus spécifiquement chez ceux qui manipulent ces pesticides. Pourtant, les industriels fabriquant les produits phyto-sanitaires continuent de nier l'évidence d'une cause à effet par manque de preuve formelle…

Mis à jour par Sam Cardinal le 22/10/2010
Créé initialement par le 02/04/2009
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Sources : Côté Santé, mars 2009.

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
En partenariat avec le magazine Côté Santé

Coté Santé

 

Cet article est extrait du magazine Côté Santé.

 

Consultez le sommaire du magazine en vente actuellement en cliquant ici

en savoir plus

image_format_460_230

Nitrates

  • Les nitrates sont d'une part des additifs et d'autre part des résidus de l'agriculture et de l'élevage intensifs. Leur ...
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating