Perdre du poids : des objectifs réalistes

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 12 Décembre 2002 : 01h00
-A +A
Les risques liés à l'obésité ont été largement étudiés. On en sait beaucoup moins sur les bénéfices à attendre d'une perte de poids chez les sujets obèses. Un amaigrissement de 10 % est déjà un bon objectif.

Au-delà d'un certain degré, l'obésité et le surpoids augmentent les risques pour la santé. Sans parler du rejet social que provoque parfois l'obésité, elle engendre de multiples inconvénients : difficulté à trouver des sièges adaptés dans les lieux publics, prix des vêtements, gêne pour monter dans les voitures, etc.

Même une faible perte de poids est bénéfique

Il est démontré qu'une perte volontaire de poids, même de seulement 5% à 10% du poids corporel, améliore la pression artérielle, les lipides sanguins (graisses) et la glycémie (taux de sucre dans le sang) des personnes obèses. Mais on connaît mal les bénéfices de la perte de poids sur le risque de décès ou de maladies du cœur et des vaisseaux (en particulier sur le risque d'infarctus du myocarde).

Régime initial : perdre 10% de son poids

Très souvent, les objectifs de perte de poids des personnes obèses qui commencent un régime sont peu réalistes. Certains espèrent perdre 20% ou 30% de leur poids, mais ils courent le risque de se décourager en constatant que cet objectif demeure difficile, voire impossible à atteindre. Ou bien, pour parvenir à tout prix au résultat escompté, ils risquent de s'imposer un régime alimentaire carencé, manquant de certains minéraux, de certaines vitamines ou tout simplement de protides, si bien que leur santé risque de se dégrader au lieu de s'améliorer. D'autant plus qu'après un régime très sévère, la tendance est bien souvent de reprendre du poids. Or plusieurs études ont montré que chez les obèses, les variations répétées de poids augmentent les risques de maladie et même de décès.

Dans les essais où des régimes diététiques ont été correctement évalués, la perte de poids moyenne a été de 8% du poids initial. Cependant, dans tous ces essais, un certain nombre de personnes se sont découragées et ont abandonné leur régime. Pour ceux qui tiennent bon, on peut donc fixer l'objectif raisonnable d'une perte de poids de 10% du poids initial.

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 12 Décembre 2002 : 01h00
Source : Douketis JD. et coll. " Periodic health examination, 1999 update : 1. Detection, prevention and treatment of obesity " Canadian medical association journal 1999 ; 160 (4) : 513-525. Fricker J. " Le nouveau guide du bien maigrir " Odile Jacob éd., Paris 1996, 484 pages. Leiter L.A. et coll. " Recommendations on obesity and weight loss " Canadian medical association journal 1999 ; 160 (9S) : 7-12. Prescrire rédaction " Les variations de poids de l'obèse " Prescrire 1996 ; 16 (161) : 320. Prescrire rédaction " Traitements de l'obésité : peu de données issues d'essais comparatifs " Prescrire 1999 ; 19 (194) : 248-249.
A lire aussi
Obésité Publié le 06/09/2001 - 00h00

L'obésité est un problème de santé qui, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), atteint des proportions endémiques dans le monde et représente une menace sérieuse en matière de santé publique.

Définition et dangers de l'obésité Publié le 23/08/2001 - 00h00

L'obésité est médicalement définie comme étant une augmentation très importante de la masse grasse associée à une élévation des risques de morbidité (maladies diverses) et de mortalité.

Obésité : ces maladies associées auxquelles on ne pense pas Publié le 06/07/2016 - 09h45

L’obésité n’est pas qu’un tour de taille ou une considération esthétique. Etre obèse est une maladie en soi, source de bien des maux. Si l’on connait le diabète, l’hypertension artérielle ou l’arthrose, on ignore souvent la réalité du risque de cancer lié à l’obésité mais...

Comparatif des médicaments " amaigrissants " Publié le 05/03/2003 - 00h00

Depuis le retrait du marché des coupe-faim, il reste peu de médicaments destinés à aider les obèses à perdre du poids. L'orlistat et la sibutramine sont les deux médicaments aujourd'hui disponibles pour la prise en charge médicalisée de certains patients.

Plus d'articles