Ne laissez pas les médicaments prendre le volant !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 13 Novembre 2000 : 01h00
-A +A
Devrait paraître très prochainement un document détaillé classant les médicaments en fonction des dangers qu'ils représentent pour les automobilistes. Ces informations destinées aux médecins et au grand public sont réparties en quatre classifications selon le degré d'incompatibilité avec l'usage d'un véhicule motorisé. Par exemple, pour un conducteur traité par des benzodiazépines (l'équivaut d'une alcoolémie de 0,5g) les risques d'accidents sont multipliés par deux !

Les faits

Parmi les Français, 12% prennent régulièrement des médicaments et ce sont ces mêmes 12% que l'on retrouve dans les accidentés de la route. Or la seule donnée actuellement disponible sur les risques relatifs concerne les benzodiazépines. La prise de cette molécule multiplie par deux le risque d'avoir ou de provoquer un accident. Ainsi, entre 7 et 8% de ces accidents sont provoqués par des personnes sous benzodiazépines, et 4% de la population en consomment !

Le classement des médicaments à risque

Comme l'alcool et les drogues illicites, certains médicaments contribuent aux risques d'accidents de la route, notamment par leur susceptibilité à l'hypovigilance. Depuis mai 1999, l'industrie pharmaceutique a pour obligation de faire figurer le pictogramme de mise en garde sur les médicaments susceptibles de modifier l'attention du conducteur (ci-contre). Or la liste est longue ! C'est pourquoi la Prévention routière et les sociétés d'assurances ont établi un classement en quatre catégories.

Le niveau 0 correspond aux médicaments sans effets reconnus sur la conduite alors que le plus élevé, le niveau 3, regroupe les substances incompatibles avec tout véhicule motorisé (antiallergiques et tranquillisants de la classe des benzodiazépines, le Rohipnol, le Requip). La classe 1 rassemble 1.500 médicaments exigeant une précaution d'emploi avec explications du médecin. La deuxième catégorie entraîne une interdiction de conduire lorsqu'il y a association de certaines pathologies (diabète insulinodépendant, épilepsie, alcoolodépendance, etc.) et de professions en relation avec la route (chauffeur de camion, de transport en commun, de taxis, de cyclomoteurs, ambulanciers, moniteurs d'auto-école, ). Elle comprend également les produits incompatibles avec la conduite (les sédatifs puissants) comme les décontracturants musculaires (Valium, Diazépan prescrits en cas de lombalgie ou de sciatique) et les somnifères à prescription prolongée.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 13 Novembre 2000 : 01h00
Source : Le Quotidien du Médecin, N°6788, 26 octobre 2000 ; N°6790, 30 octobre 2000.
A lire aussi
Benzodiazépines : 1 Français sur 5 ! Publié le 18/01/2012 - 08h33

Les benzodiazépines sont des molécules qui agissent sur le système nerveux central pour traiter l’anxiété, l’insomnie, l’épilepsie, les douleurs musculaires. Il existe sur le marché 22 médicaments à base de benzodiazépines, dont 50% d’anxiolytiques et 40% d’hypnotiques. Au total,...

Antidépresseurs : faut-il passer le volant ? Publié le 30/08/2012 - 09h54

Les résultats d’une étude française alertent une fois de plus sur les risques d’accidents de la route sous antidépresseurs. Ces médicaments augmentent au moins de 34% le risque d’accident au volant, et tout particulièrement en début de traitement et lors des changements de prescription.

Plus d'articles