Manger du poisson pourrait aider à mieux dormir

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Jeudi 28 Décembre 2017 : 11h27

A raison d'une fois par semaine, la consommation de poisson est associée à un meilleur sommeil. Les enfants semblent aussi avoir de meilleures capacités intellectuelles grâce à cet aliment.

© Istock

Chez certains, c'est une tradition religieuse. Pour d'autres, le fruit d'une hygiène alimentaire stricte. Quelle que soit la raison, manger du poisson pourrait être bénéfique. D'après une étude publiée dans Scientific Reports, cet aliment est associé à un sommeil de meilleure qualité. Ce qui semble se répercuter sur les capacités intellectuelles.

Pour les biens de ces travaux, les chercheurs de l'université de Pennsylvanie (Etats-Unis) ont analysé les questionnaires issus du suivi de 541 enfants chinois. Interrogés sur la composition de leurs repas, ils ont aussi passé différents tests intellectuels. Leurs parents ont, dans le même temps, renseigné les scientifiques sur les nuits que passaient leur progéniture.

Dans l'ensemble, les bambins qui mangent régulièrement du poisson semblent mieux dormir que les autres. A raison d'une portion par semaine, ils bénéficient de nuitées plus reposantes. Leur QI verbal, qui mesure l'intelligence concrète, est aussi légèrement plus élevé.

Prendre de bonnes habitudes tôt

Au cœur de cette corrélation, les acides gras oméga 3, présents en grande quantité dans les poissons gras, comme le saumon, le maquereau ou la sardine. Ils "sont nécessaires au développement et au fonctionnement de la rétine, du cerveau et du système nerveux", précise l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Ce n'est pas la première fois que ces acides gras essentiels sont associés à de meilleures capacités intellectuelles. Selon les chercheurs américains, le sommeil pourrait être la clé de ce lien

"Le manque de sommeil est associé à des comportements antisociaux, tout comme de faibles capacités cognitives, explique Adrian Raine, co-auteur de l'étude. Nous avons constaté que les compléments à base d'oméga 3 limitent ces comportements; il n'est donc pas surprenant que le poisson ait ce même effet."

Il serait donc intéressant, au vu de ces résultats, d'initier tôt les enfants à la consommation de poisson. Non seulement pour leur santé, mais aussi pour développer de bonnes habitudes. "Les enfants sont sensibles aux odeurs, indique Jennifer Pinto-Martin. S'ils n'en ont pas l'habitude, ils s'en détourneront." D'après cette scientifique, ce mets peut être servi dès deux ans. A condition de le débarrasser de toutes ses arêtes au préalable.

PUB

La digestion expliquée en vidéo

A lire aussi
Les oméga-3, bons pour le cœur et la têtePublié le 27/09/2010 - 14h42

Les oméga-3, tels qu’on les trouve notamment dans les huiles de poisson, ont fait l’objet de nombreuses recherches, confirmant leurs bienfaits dans les domaines de la cardiologie et de la neurologie. Les bonnes raisons de faire le plein d’oméga-3 ne manquent pas !

Oméga-3 : le médicament universel ?Publié le 07/06/2005 - 00h00

Les oméga-3, dont les bénéfices cardiovasculaires ne sont plus à démontrer, ne cessent d'étonner par leurs multiples potentialités médicales. Dans son livre " Le pouvoir des oméga-3 ", le Dr Michel de Lorgeril* décrit le concept de " déficience et carence en oméga-3 " qui semble...

Plus d'articles