Les troubles du sommeil chez le petit enfant

Les troubles du sommeil font partie du développement normal de l'enfant. Ils sont très fréquents et inquiètent généralement plus les parents qu'ils ne gênent les enfants eux-mêmes, sauf lorsqu'il s'agit de troubles empêchant réellement le repos ou la sérénité durant la journée. Comment réagir lorsqu'un enfant se plaint de cauchemars, de douleurs nocturnes ou de difficultés d'endormissement ? Quelques pistes de réflexion.
Publicité

Troubles légers : comment réagir ?

Le sommeil des enfants ne ressemble pas tout à fait à celui des adultes. Leur cycle passe par davantage de phases de sommeil léger, pendant lesquelles l'enfant est toujours au bord de l'éveil. C'est pourquoi le noir total peut être une source d'angoisse. Dans ce cas précis, une petite veilleuse installée à côté du lit peut permettre à l'enfant de retrouver ses objets (nounours, doudou..) sans difficultés et de se rassurer. Autre problème rencontré par les parents : les réveils fréquents de leur enfant pendant la nuit. Il appelle ses parents pour demander un câlin, un verre d'eau... Cette attitude sert souvent à les faire réagir et marque une insatisfaction dans les rapports familiaux. Il peut s'agir d'un manque de présence ou d'attention des parents (qui couchent parfois l'enfant pour être tranquilles), surstimulation (l'enfant est trop souvent dans les bras), stress (les parents sont trop anxieux au sujet de l'enfant)… Il est important alors d'adopter une position ferme quant au rituel de couchage et de réveil. Évitez de gronder ou de menacer l'enfant pour aller au lit. Accompagnez-le avec une histoire, un jeu calme, la présence du doudou, en respectant le rituel (pas d'histoire écourtée ou tronquée). L'enfant doit apprendre ensuite à s'endormir seul dans son lit.

Terreurs nocturnes : sachez rassurez vos enfants !

Durant la petite enfance, deux périodes sont particulièrement sensibles en ce qui concerne les troubles ponctuels du sommeil : le cap des 1 an et la période s'étalant de 2 à 5 ans. Vers l'âge d'un an, l'enfant a en effet souvent besoin de réassurance à l'heure d'aller au lit : il a parfois peur des monstres et ses parents doivent lui donner des garanties pour que l'endormissement soit possible. Assurez lui alors que vous êtes présents dans la pièce à côté et que vous veillez sur son repos. Expliquez-lui aussi qu'il n'y a pas de monstre dans sa chambre mais ne cherchez pas à lui démontrer en ouvrant l'armoire ou en l'invitant à regarder sous son lit, par exemple : cela le ferait supposer qu'ils pourraient exister…Plus tard, de 2 à 5 ans, l'enfant est parfois en proie à des terreurs nocturnes. On le retrouve debout sur son lit, visiblement choqué. En fait, il est encore en demi-sommeil et se rendort très bien. La journée a été excitante et pleine d'émotions dues aux acquisitions essentielles : marcher, parler, découvrir l'entourage, apprendre la propreté. L'enfant assimile ces nouvelles expériences. Rien ne sert donc de s'alarmer si ces troubles n'ont pas de répercussion diurne.

Guide: 

Publié par Psychonet Production le Jeudi 10 Janvier 2002 : 01h00
Mis à jour le Lundi 10 Mai 2004 : 02h00
PUB
PUB
PUB