Je dois me faire opérer d'une hernie discale

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 02 Avril 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 28 Décembre 2015 : 17h08
-A +A
La hernie discale correspond au glissement d'un disque intervertébral en dehors de ses limites normales. Cette saillie du disque tend à comprimer la racine nerveuse et provoque alors une douleur aiguë. Quand les médicaments ne permettent pas un soulagement suffisant, la chirurgie est proposée.

La hernie discale

Dans 80% des cas, la hernie discale se situe au niveau lombaire, entre la 4e et la 5e vertèbre ou entre la 5e lombaire et la première vertèbre sacrée. Mais la hernie peut aussi toucher les vertèbres cervicales. Elle survient le plus souvent chez des personnes de 30 à 50 ans. Au-delà, le risque de hernie est plus faible car la capsule fibreuse qui entoure le disque intervertébral se durcit. La hernie se forme suite à une blessure, en se baissant ou en portant une charge lourde.

Lorsque le disque comprime une racine nerveuse, la douleur est d'intensité variable, de légère à invalidante et elle est accentuée par le mouvement. En fonction de la compression, des fourmillements, voire une paralysie, sont à craindre.

La guérison est parfois spontanée. Le froid ou la chaleur, ainsi que la prise d'antalgiques suffisent parfois à atténuer la douleur. Sinon, on recourt à des anti-inflammatoires et à des injections de corticostéroïdes. Des séances de kinésithérapie ou le port d'un corset abdominal peuvent être requis. Enfin, la chirurgie peut s'avérer nécessaire.

A noter enfin que le traitement de la hernie discale peut passer par une technique appelée chimionucléolyse, qui consiste à détruire la partie altérée du disque en injectant à travers la peau, un produit (une enzyme : la papaïne).

La chirurgie de la hernie discale : classique ou micro-chirurgie ?

L'opération classique d'une hernie discale se réalise sous anesthésie générale et dure environ une heure. Elle consiste à réaliser une incision (5 à 10 cm) au niveau du disque lombaire atteint. On pratique ensuite un curetage du disque afin de libérer la racine nerveuse compressée. Le chirurgien referme ensuite l'incision mais laisse un drain en place. Il est possible de se lever dès le lendemain, de marcher le surlendemain et de sortir de l'hôpital 3 à 5 jours plus tard.

La microchirurgie, ou chirurgie mini-invasive, est de plus en plus pratiquée. Le principe opératoire est le même, mais elle est beaucoup moins lourde car l'incision réalisée est beaucoup plus petite, d'environ 1 cm, tandis que les instruments sont finement guidés à l'aide d'un microscope. Résultat, l'opération est aussi plus courte, une vingtaine de minutes, avec des suites opératoires moins contraignantes.

La chirurgie percutanée est également utilisée. Moins lourde elle aussi, elle consiste à introduire par une toute petite incision des instruments miniatures et une caméra.

Les résultats de la chirurgie sont généralement très bons, avec 80% de soulagement important, voire une disparition des douleurs.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 02 Avril 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 28 Décembre 2015 : 17h08
A lire aussi
La chirurgie du dos, en pleine évolution Publié le 23/09/2011 - 09h46

Lumbago, sciatique, hernie discale…, autant de pathologies de la colonne vertébrale (encore appelée rachis) qui deviennent un calvaire pour ceux qui en souffrent. Souvent présentée comme une solution de dernier recours, la chirurgie du rachis permet aujourd’hui, par le biais de...

Hernie discale : quand un disque déraille Publié le 16/08/2005 - 00h00

Sous le terme de hernie discale se cachent les lumbagos, les sciatiques, les cervicalgies, les névralgies, etc. Toutes ces affections douloureuses ont en commun la saillie d'un disque vertébral ou cervical en dehors de sa position normale.

Plus d'articles