Hygiène : le juste milieu

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 13 Septembre 2005 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 10 Mars 2016 : 15h06

Les principaux vecteurs de propagation des microbes sont les mains. Mais les règles pour combattre ces ennemis invisibles ne sont pas toujours respectées. Qui se lave réellement et systématiquement les mains avant de passer à table et en sortant des toilettes ? Mais attention, inversement, l'excès d'hygiène peut également se révéler dangereux.

© Istock
PUB

La propreté est une obligation morale devenue une nécessité sociale avant de se transformer en plaisir. En trente ans, les dépenses d'hygiène ont doublé. Nous transportons des milliers de microbes et vivons avec eux en équilibre. Notre gorge, nos intestins, nos organes génitaux, notre peau, nos cheveux les abritent en permanence. Inoffensifs si nous sommes en bonne santé, ils se révèlent dangereux dès que nous faiblissons.

Pour prévenir les infections, il faut systématiquement se laver les mains à l'eau et au savon, puis les sécher soigneusement avec une serviette propre, avant de préparer les repas, de passer à table, en sortant des toilettes, après les courses et les transports en commun. Nous sommes encore loin de cette règle de base ! Soit elles ne sont pas lavées du tout, soit elles ne sont pas séchées ou simplement passées à l'eau sans savon.

Concernant le reste du corps, voici quelques conseils pour une peau propre

  • Nettoyer la peau consiste à éliminer les déchets présents en surface : sébum, produits de la sudation, déchets cellulaires et poussières. En dehors d'une pratique sportive, une douche quotidienne est suffisante : savon, long rinçage et séchage soigneux, notamment entre les plis et entre les orteils.
  • En cas de bain, il doit être de courte durée, surtout si la peau est très sèche. Pas de bain prolongé plus d'un jour sur deux.
  • L'utilisation d'un savon liquide antiseptique est fortement déconseillée car il décape la peau et la dessèche.
  • La toilette peut être complétée par l'application d'une crème hydratante selon l'intensité de la sécheresse de la peau.
  • Pour les cheveux, l'idéal est de réaliser un shampooing au moins deux fois par semaine.

En d'autres termes, l'hygiène est essentielle, mais ne doit non plus être trop intensive. Il en est de même pour l'hygiène intime. La flore vaginale constitue un système de défense local. L'ôter à l'aide d'antiseptiques provoque des irritations et des infections. Il faut donc réaliser une toilette classique à l'eau et au savon et bien rincer, sans plus.

PUB

Le phénomène lingettes

Aujourd'hui, on peut tout nettoyer avec des lingettes : le corps, les bébés, la maison, les animaux domestiques et même les plantes. Quatre foyers sur dix les utilisent. Elles répondent à un besoin de nettoyage rapide, mais reviennent bien plus chères et produisent plus de déchets. Il est peu probable qu'elles génèrent davantage d'hygiène...

Mots-clés : Hygiene intime
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 13 Septembre 2005 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 10 Mars 2016 : 15h06
Source : Le Quotidien du médecin, février 2004.
PUB
PUB
A lire aussi
Lingettes intimes : amies de nos sexes ? Publié le 25/11/2013 - 07h19

Notre société a horreur des sécrétions et des odeurs corporelles. En matière de sexualité, le sujet est encore plus délicat. La mode des lingettes surfe sur ces obsessions. Mais est-ce vraiment un plus pour notre hygiène intime ?

Les lingettes intimes abîment-elles la flore ?Publié le 15/04/2018 - 08h32

Les lingettes ont le vent en poupe et le domaine de l’hygiène intime féminine n’y échappe pas. Si elles séduisent par leur côté pratique, sont-elles pour autant sans danger pour la femme ? Y a-t-il un risque d’irritation intime et d’agression de la flore vaginale ?

Plus d'articles