Comment évolue une allergie alimentaire ?

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 01 Décembre 2004 : 01h00
-A +A
Les réactions allergiques d'origine alimentaire affectent 8% des jeunes enfants aux cours des premières années de leur vie. Ensuite, elles diminuent progressivement jusqu'au début de l'adolescence. Ainsi, seuls 2% des adultes restent concernés par l'allergie alimentaire. Toutefois, cette évolution est dynamique, elle varie selon l'allergène en cause et reste difficile à prédire précisément.

Les aliments à l'origine de réactions allergiques ne sont pas très nombreux. Le lait de vache, l'oeuf de poule, l'arachide, le groupe des noix, le blé, le soja, le poisson et les coquillages sont les principaux responsables. Notons également que l'allergie alimentaire est une des premières manifestations des allergies telles que l'asthme et les rhino-conjonctivites, que développeront par la suite certains enfants. Toutefois, avec l'âge, une grande partie de ces allergies alimentaires tendent à disparaître. Ce processus est différent selon chaque allergène.

Ainsi, si la plupart des nourrissons allergiques au lait de vache présentent des symptômes au cours de leur première année, le plus souvent vers la fin du premier mois, environ 85% d'entre eux deviendront tolérants vers la troisième année. L'allergie à l'oeuf de poule apparaît généralement au cours de la deuxième année, et persiste davantage. Environ 66% des petits patients tolèrent l'oeuf vers l'âge de cinq ans.En revanche, la sensibilisation à l'arachide persiste en principe jusqu'à l'âge adulte. Mais selon des études récentes, 20% des enfants perdraient cette sensibilité à l'âge adulte.

L'évolution naturelle de l'allergie alimentaire n'est donc pas statique. C'est une des raisons pour lesquelles il est indispensable de réévaluer fréquemment ces patients afin de déterminer l'état actuel de leur seuil de réactivité.

Aujourd'hui, des modèles de prédictions basés sur des estimations de probabilités (à partir d'un dosage de certains allergènes alimentaires dans le sérum - IgE) et permettant de déterminer les chances de développer une tolérance dans l'allergie au lait ou à l'oeuf, sont en cours de développement. Ils devraient aider au diagnostic et diminuer le nombre des tests de provocation. Et bien sûr, renseigner sur la nécessité d'une intervention thérapeutique.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 01 Décembre 2004 : 01h00
Source : 23e congrès de l'European Academy of Allergology and Clinical Immunology (Eaaci), Amsterdam, octobre 2004, communication de Kirsten Beyer, hôpital de la Charité, Berlin, Allemagne.
A lire aussi
Forte progression des allergies alimentaires Publié le 02/01/2001 - 00h00

Les allergies alimentaires sont de plus en plus fréquentes, en raison de la diversification de notre alimentation. Du simple picotement buccal au redoutable choc anaphylactique, en passant par l'eczéma ou la crise d'asthme, l'allergie alimentaire peut prendre des formes très diverses. La mise en...

Allergie grave : l’anaphylaxie, une urgence vitale trop méconnue Publié le 31/10/2016 - 11h09

Les allergies alimentaires ou aux pollens, de plus en plus fréquentes, sont fortement médiatisées. Au point -revers de la médaille- d’être banalisées. Or les réactions allergiques graves ou « anaphylaxies » sont, elles aussi, plus courantes et trop méconnues alors qu’elles engagent...

Allergies alimentaires: s'informer Publié le 25/02/2002 - 00h00

L'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) vient de rendre son rapport sur les allergies alimentaires. Selon elle, ce type d'allergie est en augmentation en France. Elle préconise donc la mise en place de mesures anti-allergie, à commencer par une meilleure information des...

Plus d'articles