Allergie alimentaire : attention aux cosmétiques !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 05 Mai 2004 : 02h00
-A +A
Bien souvent, chez l'enfant allergique, l'éviction de l'allergène alimentaire ne suffit pas. Et pour cause, il se cache également dans les lotions et autres crèmes lavantes. On pense tout de suite à l'huile d'amande douce, mais elle est loin d'être la seule.

Des allergènes présents dans les produits cosmétiques (savons, gels douche, shampoings, crèmes, lingettes) peuvent être impliqués dans la sensibilisation alimentaire. A titre d'exemple, un enfant allergique à l'arachide peut déclencher une réaction après avoir été embrassé par quelqu'un qui a mangé du beurre de cacahuète. Une couche dont les propriétés protectrice et adoucissante proviennent d'une crème contenant des protéines de lait de vache, peut provoquer une réaction chez un enfant allergique au lait de vache.

Afin de déterminer l'importance de ces allergènes présents dans les produits cosmétiques courants, une équipe de pédiatres américains a recensé la compositions de près de 300 produits disponibles aux Etats-Unis. Pour déterminer le plus précisément possible les divers ingrédients, les fabricants ont également été contactés. Précisons que les allergènes alimentaires les plus classiques des enfants américains sont : le lait de vache, la farine de blé, l'oeuf, le soja, la cacahuète et les autres fruits oléagineux.

Au final, 27% des produits analysés contenaient des allergènes classiques et 46% d'autres allergènes. Le lait de vache (4%), le blé (5%), le soja (0,3%) et le soja hydrolysé (9%) étaient les moins retrouvés, tandis qu'aucun ne contenait d'oeuf ou d'arachide, et seulement deux de l'huile d'arachide. Les lotions, les crèmes, les huiles pour bébé et autres produits étaient les plus susceptibles de contenir des allergènes classiques. A l'opposé, les lingettes sont les cosmétiques qui en contiennent le moins. Tous comportaient des noix excepté les crèmes pour les seins et les poudres. Les auteurs constatent également que plus les produits sont chers, plus ils en contiennent. Et enfin, la noix de coco est l'aliment le plus fréquemment retrouvé.

Ces données sont importantes, car elles suggèrent que les produits entrant en contact avec la peau peuvent être la cause d'une sensibilisation alimentaire et qu'une fois l'allergie déclarée, en plus de l'éviction alimentaire, il faut évincer le ou les allergènes des produits cosmétiques. Ainsi, si un enfant allergique ne guérit pas malgré l'absence d'allergène de son alimentation, il faudrait se pencher sur la nature des produits qui sont appliqués sur sa peau. La prise en charge pourrait en être grandement améliorée.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 05 Mai 2004 : 02h00
Source : Le Quotidien du Médecin, 23 avril 2004, Kelly K.M., Children's Memorial Hospital, Chicago, Etats-Unis.
A lire aussi
Allergies alimentaires, une autre assiette Publié le 29/01/2007 - 00h00

Les allergies alimentaires, quatrième problème de santé publique mondial, touchent, en France, près de 4% des adultes et 8% des enfants. Tous les aliments sont susceptibles de provoquer une allergie. Comment manger sans causer de réactions secondaires, allant d'une petite rougeur à une...

De l'allergie alimentaire à l'allergie croisée ? Publié le 16/03/2009 - 00h00

Comme si une allergie à un aliment ne suffisait pas, de nombreuses personnes souffrent aussi d'allergie croisée, c'est-à-dire qu'elles réagissent de facon exagérée à différents aliments de structure chimique proche. Quels sont les principaux allergènes et les types d'allergies croisées les...

Comment évolue une allergie alimentaire ? Publié le 01/12/2004 - 00h00

Les réactions allergiques d'origine alimentaire affectent 8% des jeunes enfants aux cours des premières années de leur vie. Ensuite, elles diminuent progressivement jusqu'au début de l'adolescence. Ainsi, seuls 2% des adultes restent concernés par l'allergie alimentaire. Toutefois, cette...

Plus d'articles