• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    0 avis
  • Commentaires (0)

Auto-pollution à domicile

Auto-pollution à domicilePourquoi la fréquence des allergies a-t-elle doublé en 20 ans ? La pollution extérieure et intérieure, en véhiculant des quantités incroyables d'allergènes respiratoires, est une des grandes responsables. Quid de la pollution intérieure ou comment réussissons-nous (malgré nous ?) à produire un tel niveau de polluants ?

Les origines de la pollution intérieure

La forte augmentation de la pollution intérieure a plusieurs origines : Les animaux de compagnie : leur présence de plus en plus recherchée n'a cessé de croître et leur compagnie est partagée dans des espaces restreints. Notre mode de vie sédentaire : nous passons de plus en plus de temps confinés à l'intérieur (loisirs sédentaires, travail de bureau…). Les citadins passent en moyenne 70 à 90% de leur temps à l'intérieur. Les jeunes enfants, les personnes âgées et les malades encore plus. Toutes nos activités sont susceptibles de produire des polluants.Les matériaux de construction, de décoration, l'ameublement : panneaux de particules, bois agglomérés, contreplaqués, textiles, revêtements de murs et de sols synthétiques ou préfabriqués (dalles, moquettes, faux plafonds, planchers, linoléums), isolants (mousses), peintures, lasures,vernis, colles, mastics, produits de préservation du bois (charpentes et meubles)… Certaines de ces sources sont continues, d'autres irrégulières. Certaines diminuent plus ou moins avec le temps (mois, années), d'autres varient selon la température, l'humidité, etc.

Les appareils de combustion (chauffages, chauffe-eau, cuisson) dégagent des polluants chimiques comme le monoxyde de carbone provenant d'appareils mal raccordés, mal réglés ou mal entretenus, les oxydes d'azote provenant des chauffe-eau et des cuisinières à gaz, et toutes sortes d'autres polluants (aldéhydes, benzène, hydrocarbures aromatiques polycycliques) dont les émissions dépendent du combustible employé (fioul, bois, charbon, gaz...).

Les produits chimiques d'entretien (sprays ménagers, entretien des sols, nettoyage des vitres, des fours, du bois, désodorisants, insecticides) et cosmétiques (déodorants, laques pour cheveux, lotions, parfums…). Ils libèrent du chlore, de l'ammoniac, des hydrocarbures chlorés, des alcools, des esters, des hydrocarbures aromatiques, etc. A noter que l'utilisation d'aérosols amplifie la dispersion de ces polluants car ils sont à l'origine de particules très fines pulvérisées dans l'air ambiant. Le bricolage est une autre source de polluants chimiques encore très mal maîtrisée. Colles, peintures, solvants, aérosols, décapants… sont autant de produits toxiques autrefois réservés à un usage professionnel. Et enfin, le tabagisme est à l'origine d'un nombre incroyable de produits toxiques qui se répandent dans l'air.

Conseils anti-pollution intérieure

Nous pouvons tous faire un effort pour contribuer à limiter la pollution intérieure. On peut par exemple commencer par :

  • Veiller au bon réglage des appareils de chauffage.
  • Eviter les produits de bricolage les plus polluants, ne pas les stocker, les utiliser le plus possible à l'extérieur.
  • Ne pas employer de produits ménagers sous forme de spray.
  • Aérer quotidiennement chaque pièce de son logement.
  • Privilégier les matériaux et les produits ménagers ou de bricolages « bio » ou mentionnant « préserve l'environnement ».
  • Etc.

Article publié par Isabelle Eustache le 10/03/2008
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Sources : Dossier de presse UCB, 11 septembre 2007.

Trouvez-vous cet article intéressant ?