Nos logements sont pollués !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 31 Décembre 2001 : 01h00
-A +A
Il y a un an, le magazine « Que choisir » a proposé à 900 de ces lecteurs de tester l'air à l'intérieur de leur logement grâce à un kit de prélèvement. Les conclusions révèlent qu'un logement sur quatre est pollué par un cocktail de produits chimiques toxiques ou allergisants, souvent plus néfastes que ceux que l'on respire à l'extérieur !

L'enquête réalisée par le magazine « Que choisir » montre qu'en France 76% des intérieurs contiennent de trop grandes quantités de composés organiques volatils, notamment des hydrocarbures, du benzène (cancérigène pour l'homme) et des composés chlorés présents dans de nombreux produits ménagers comme les désinfectants, les cires et les colles, les vernis, les bombes dépoussiérantes, etc.La France n'ayant pas à ce jour fixé de normes sur la qualité de l'air intérieur, ce chiffre de 76% est basé sur les seuils de qualité américains. Il serait de 54% si l'on se fiait au seuil allemand de qualité, moins exigeant.

En ce qui concerne les concentrations de formaldéhyde (bois agglomérés, sols stratifiés, colles, papiers peints…), elles sont supérieures dans 90% des cas aux recommandations fournies par l'OMS pour les populations sensibles (allergiques, asthmatiques). Ce produit est responsable d'irritations des yeux, de la peau, des voies respiratoires et de graves crises d'asthme chez les personnes prédisposées. Ce gaz est notamment émis par les vitrificateurs que l'on applique sur les planchés et les meubles.

Une pollution omniprésence

La pollution chimique est donc omniprésente. Elle résulte pour une bonne part des nettoyants ménagers, des produits de bricolage, des cosmétiques, des hydrocarbures et du bois aggloméré, dont l'usage n'est pas réglementé.Il semble aujourd'hui plus que nécessaire de fixer des normes, de mettre en place un observatoire et d'informer précisément les consommateurs. Par ailleurs, si nous connaissons les effets de chacun de ces produits chimiques sur la santé, leurs mélanges n'a jamais été étudié. Il serait temps d'entreprendre de telles analyses.

Ventilez et évitez les aérosols

Cette pollution silencieuse n'est pas une fatalité. Elle peut au moins être réduite. Même en hiver, il faut ventiler toutes les pièces de nos logements. Vous devez également bannir les produits en aérosol car ils relarguent davantage de polluants dans l'air (notamment les bombes dépoussiérantes, les cires vaporisables), et enfin, évitez les produits contenant des solvants.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 31 Décembre 2001 : 01h00
A lire aussi
Auto-pollution à domicile Publié le 10/03/2008 - 00h00

Pourquoi la fréquence des allergies a-t-elle doublé en 20 ans ? La pollution extérieure et intérieure, en véhiculant des quantités incroyables d'allergènes respiratoires, est une des grandes responsables. Quid de la pollution intérieure ou comment réussissons-nous (malgré nous ?) à...

A chaque pièce de la maison, ses polluants ! Publié le 20/01/2013 - 23h00

Saviez-vous que votre intérieur peut contenir de nombreux polluants nocifs pour votre santé ?Certains gestes simples contre la pollution intérieure peuvent être salutaires, d’autant plus que l’on passe environ 80% de notre temps entre quatre murs.

Qualité de l’air : 10 gestes anti-pollution intérieure Publié le 26/01/2017 - 10h49

Savez-vous que l’air de nos logements serait 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur ? Ce chiffre fait réfléchir à la qualité de l’air de nos intérieurs et donne envie de se débarrasser de cette pollution intérieure qui peut provoquer à la longue des symptômes tels...

Plus d'articles