Attention au moustique tigre en France

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 09 Août 2013 : 16h14
Mis à jour le Vendredi 11 Mars 2016 : 14h46

En France, les moustiques tigres sont sous surveillance et des actions sont mises en place pour prévenir leur multiplication.

En effet, il ne faudrait pas qu’en s’implantant sur notre territoire ils disséminent des maladies infectieuses tropicales…

Le moustique tigre s’implante en France

Le moustique tigre, ainsi appelé car il présente de très nettes rayures noires et blanches sur le corps et les pattes, a été observé pour la première fois en France près de Nice en 2004. Depuis, il s’est propagé et s’est implanté dans une vingtaine de départements.

Sous les tropiques, les moustiques tigres véhiculent certaines maladies infectieuses comme le chikungunya et la dengue.

Or ces moustiques commencent à s’implanter dans certaines régions françaises et en Europe, où de petites épidémies de dengue et de chikungunya ont déjà été détectées comme par exemple respectivement en Croatie en 2010 et en Italie en 2007. C’est ainsi que les spécialistes surveillent très attentivement la progression de ce moustique sur notre territoire. D’ailleurs en France, de rares cas autochtones de dengue et de chikungunya ont déjà été identifiés.

C’est pour prévenir et limiter la circulation de ces virus que les autorités ont mis en place un dispositif de lutte contre le risque de dissémination de la dengue et du chikungunya en France métropolitaine : surveillance des moustiques tigres, signalement des cas suspects de dengue et de chikungunya dans les zones où le moustique est implanté, mesures de démoustication, sensibilisation des populations concernées.

Comment lutter contre le moustique tigre ?

Les moustiques tigres sont « fortement affiliés à l’homme » et « ils se déplacent très peu ». Autrement dit, si vous voyez des moustiques chez vous, c’est qu’ils sont nés sur place !

Éliminez les eaux stagnantes

Les moustiques tigres se reproduisent en pondant leurs œufs dans l’eau. Très peu d’eau suffit et l’éclosion est rapide. Il est donc très important de supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique, à l’intérieur et surtout autour de son domicile :

  • Enlevez les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable.
  • Changez l’eau des vases plusieurs fois par semaine.
  • Vérifiez le bon écoulement des gouttières, regards, caniveaux, drainages.
  • Mettez à l’abri de la pluie ou supprimez les pneus usagés et tout autre objet pouvant se remplir d’eau.
  • Couvrez les réservoirs d’eau (citernes, bidons, bassins…).
  • Couvrez les piscines hors d’usage et évacuez l’eau des bâches ou traitez l’eau (eau de Javel, galet de chlore...).

Éliminez les lieux de repos des moustiques

  • Entretenez votre jardin.
  • Débroussaillez et taillez les herbes hautes et les haies.
  • Élaguez les arbres.
  • Ramassez les fruits tombés et les débris végétaux. Réduisez les sources d’humidité (limiter l’arrosage).

Protégez-vous des piqûres au retour d’un voyage tropical

Actuellement, 20 départements sont en vigilance rouge, 21 en vigilance orange (où le moustique a été intercepté ponctuellement),et 69 départements sous surveillance car présentant des conditions favorables à la prolifération des moustiques (données vigilance moustiques 2015).

L’autre point important est de prévenir l’introduction et la transmission de la dengue et du chikungunya en métropole. Ainsi toutes les personnes se rendant dans des zones où circulent les virus du chikungunya et de la dengue doivent se protéger des piqûres de moustiques sur place, mais également à leur retour si elles résident dans les départements où le moustique est implanté. De plus, toute fièvre brutale, douleurs articulaires et crampes doivent amener à consulter un médecin.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 09 Août 2013 : 16h14
Mis à jour le Vendredi 11 Mars 2016 : 14h46
Source : Ministère de la Santé, http://www.sante.gouv.fr/dispositif-de-lutte-contre-la-dissemination-du-moustique-aedes-albopictus-en-france-metropolitaine.html. Institut de veille sanitaire (InVS),www.invs.sante.fr.
A lire aussi
Chikungunya : cet été, le risque d’épidémie est réelPublié le 16/06/2014 - 16h02

Selon les autorités sanitaires, il existe cet été un réel risque d’épidémie de chikungunya en France métropolitaine.Il convient de redoubler de vigilance et de se protéger des piqûres de moustiques, plus exactement des moustiques tigres déjà implantés dans 18 départements du sud de la...

Les 3 consignes anti-Chikungunya et anti-Dengue Publié le 19/06/2010 - 00h00

Vecteur du Chikungunya et de la Dengue, l'Aedes albopictus est un moustique étroitement surveillé. En 2005, il a été à l'origine d'une épidémie de Chikungunya à la Réunion. Aujourd'hui, ce moustique circule aussi en France métropolitaine, en région méditerranéenne.

Plus d'articles