Comment réagir en cas de piqûre de guêpe ?

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 13 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 14 Mars 2016 : 16h00
-A +A
Piqûres de guêpe, d'abeille ou de frelon, il est difficile d'y échapper. Aussi, mieux vaut savoir quoi faire et à quel moment !

Réaction normale : un œdème douloureux local

Habituellement, la réaction à leur piqûre provoque un œdème douloureux limité à la zone atteinte qui disparaît rapidement. Il est nécessaire d'ôter l'aiguillon de l'abeille s'il est resté dans la peau, très délicatement à l'aide d'une pince à épiler en veillant à ne pas le casser ni écraser la poche à venin, puis de calmer les douleurs en appliquant une crème anti-inflammatoire et un antiseptique. En revanche, en cas de piqûre sur la langue ou dans la bouche, l'œdème pouvant empêcher de respirer, une consultation aux urgences est obligatoire. Il en est de même si vous vous faites piquer par plusieurs insectes en même temps, et d'autant plus si la victime est un enfant.

Sur un terrain allergique : c'est le choc anaphylactique !

Les personnes allergiques développent une réaction beaucoup plus importante, avec des signes de gonflement au niveau de la piqûre (aspect rouge et chaud) pouvant s'étendre, toucher une à deux articulations, voire se généraliser. Une réaction aiguë extrêmement importante peut survenir, c'est le choc anaphylactique. Un traitement d'urgence à l'hôpital le plus proche s'impose alors, et une injection d'adrénaline sera pratiquée. Attention chez l'enfant, les réactions allergiques peuvent prendre des proportions encore plus grandes.

Si vous avez déjà été victime d'une réaction violente, il est conseillé de consulter un allergologue afin d'identifier l'allergène à l'aide de tests cutanés. Si besoin, une désensibilisation spécifique vous sera proposée. Elle consiste à injecter des doses minimes de l'allergène, mais pour une efficacité maximale, il est nécessaire de la poursuivre durant 3 à 5 ans.

Dans certains cas, afin de pas se retrouver démuni, le médecin peut vous suggérer de porter sur vous une trousse d'urgence contenant les médicaments indispensables (kit d'auto-injection d'adrénaline) et un aspivenin.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 13 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 14 Mars 2016 : 16h00
A lire aussi
Allergie grave : l’anaphylaxie, une urgence vitale trop méconnue Publié le 31/10/2016 - 11h09

Les allergies alimentaires ou aux pollens, de plus en plus fréquentes, sont fortement médiatisées. Au point -revers de la médaille- d’être banalisées. Or les réactions allergiques graves ou « anaphylaxies » sont, elles aussi, plus courantes et trop méconnues alors qu’elles engagent...

Plus d'articles