La cigarette électronique : c’est oui ou c’est non ?

La cigarette électronique : c’est oui ou c’est non ?

Les cigarettes électroniques font couler de l’encre en ce moment.
On entend des témoins extrêmement satisfaits, qui sont parvenus à arrêter du jour au lendemain, sans aucun manque.

Mais les autorités semblent beaucoup moins enthousiastes…

Une cigarette électronique, c’est quoi ça ?

C’est un instrument en forme de cigarette, dans lequel se trouve une cartouche de liquide qui contient parfois des arômes et/ou de la nicotine. Quand on active la cigarette électronique, en aspirant ou en appuyant sur un petit bouton, ce liquide se transforme en fumée artificielle, qui peut alors être aspirée pour mimer l’acte de fumer.  

Le liquide est formé d’eau, de propylène glycol (qui permet de former la fumée artificielle), et souvent d’arômes. Il est possible d’y ajouter une dose plus ou moins importante de nicotine.

Mieux comprendre la dépendance
Les témoignages de fumeurs, ou d’ex-fumeurs, sont souvent très enthousiastes. Rappelons, pour l’expliquer, que la dépendance à la cigarette a deux versants.

  • La dépendance physique, qui entraîne les symptômes de manque (irritabilité, nervosité, etc.).
  • La dépendance comportementale, c’est-à-dire le réflexe de prendre une cigarette en cas de stress, avec le café d’après-repas, quand on boit un verre, etc.

La cigarette électronique aide à se passer de cigarettes

La cigarette électronique peut contenir de la nicotine, ce qui permet d’éliminer le manque physique. Mais son gros avantage, c’est qu’elle permet de contourner la dépendance comportementale. En effet, le geste est exactement le même qu’avec une vraie cigarette, et les sensations très proches. Il est donc possible, en très peu de temps, de renoncer à son paquet sans ressentir de manque.

Arrêter de fumer ou surmonter la dépendance ?
Le problème, c’est que l’arrêt de la cigarette ne signifie pas, dans ce cas, la fin de la dépendance. Le fumeur sera en effet dépendant à son petit appareil. On peut se dire que c’est déjà beaucoup. En effet, les cigarettes électroniques, même si elles ne sont pas parfaitement innocentes, avec leur propylène glycol et leurs arômes inhalés, sont très nettement moins néfastes que les vraies cigarettes. Et elles n’entraînent pour les gens qui entourent le fumeur aucun risque, ni aucune mauvaise odeur…

Mis à jour par Dr Philippe Presles le 07/10/2013
Créé initialement par Isabelle Eustache le 12/06/2013

Sources :  Pr Jean-Paul Van Vooren, tabacologue à l’Hôpital Erasme à Bruxelles, Président du Fonds des Affections Respiratoires.

Cet article fait partie du dossier Cigarette électronique : E-santé se mobilise

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus