Trouble dysphorique prémenstruel : quand vos cycles menstruels deviennent dangereux
Sommaire

Trouble dysphorique prémenstruel : les différents traitements 

Trouble dysphorique prémenstruel : les différents traitements© Istock

Deux types de traitements sont actuellement proposés aux femmes qui souffrent d’un trouble dysphorique prémenstruel : les psychotropes et les hormones. “Les médecins anglo-saxons ont plutôt tendance à prescrire des antidépresseurs tandis que les Français préfèrent généralement les traitements hormonaux”.

Les antidépresseurs

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (SSRI) - comme le Prozac, sertraline (Zoloft®), paroxétine (Deroxat®) et le citalopram (Seropram®) - se révèlent efficaces dans le traitement du trouble dysphorique prémenstruel.

Ces antidépresseurs qui augmentent le taux de sérotonine, sont surtout conseillés pour les patientes ayant des épisodes dépressifs importants avant leurs règles. Le traitement peut être pris en continu ou seulement une quinzaine de jours par mois. 

Il est également conseillé de suivre une psychothérapie afin d’apprendre à faire face aux montagnes russes émotionnelles traversées. 

Le traitement hormonal

Le trouble dysphorique prémenstruel est lié à une variation hormonale. “Il est possible de supplémenter cette variation avec un peu de progestérone. Cela permet de réduire ses effets”. Par ailleurs, chez certaines patientes les signes de troubles de l’humeur peuvent aussi être soulagés par la prise de la pilule

Faire attention à son hygiène de vie

Le Dr Catherine Fohet explique “Comme dans de nombreuses pathologies, l’hygiène de vie joue un rôle important. Il est recommandé de manger équilibré, faire de l’exercice, éviter l’alcool et le tabac”. Plusieurs études montrent que l’activité physique et un régime avec un apport réduit en sel, sucre, alcool et caféine améliorent la symptomatologie.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci au Dr Catherine Fohet, Gynécologue.