Thon en boîte : le choisir selon Greenpeace

Publié le 12 Novembre 2015 | Mis à jour le 13 Novembre 2015
Auteurs : Paule Neyrat, Diététicienne

Le thon en boîte, qu’il soit à l’huile ou au naturel, est une des conserves les plus consommées. Greenpeace a publié son deuxième classement des marques en fonction des critères de durabilité de la pêche des thons.

PUB

Vous le savez, le thon fait l’objet d’une pêche intensive. Il existe des espèces différentes (thon rouge, thon blanc, thon albacore etc.) et toutes sont menacées d’extinction pour cause de surpêche pas du tout durable.

L’engin de pêche utilisé par les industriels se nomme la senne. C’est un filet gigantesque trainé à toute allure par un énorme navire, dont la surface peut atteindre 21 hectares et qui rafle des bancs de thon entiers repérés par radar. Ils sont attirés vers le filet par des objets flottants. Ca s’appelle la pêche à la senne avec DCP (dispositif de concentration de poissons).

PUB
PUB

C’est celle qui fait le plus de ravages car elle capture en même temps des milliers d’autres poissons que les thons : ils ne sont pas utilisés et rejetés, morts ou vifs, à la mer.

Il existe des méthodes de pêche qui sont moins destructrices mais évidemment moins rentables.

Certaines marques (Système U, Phare d’Eckmül, Connétable) se sont engagées à n’utiliser que des thons qui ne sont pas pêchés sur DCP. Elles arrivent en tête du classement de Greenpeace, dont vous trouverez le détail .

Alors, si vous êtes consommateur de thon en boîte, choisissez parmi celles-ci. Ca sera votre petite contribution au sauvetage des océans.

Paule

Soumis par Paule Neyrat le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés