Sport : attention quand on dépasse ses limites !

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 06 Septembre 2005 : 02h00
Le sport extrême se développe, faisant du marathon une antiquité olympique : triathlon et maintenant spartathlon, poussent encore plus loin les limites humaines. Mais est-ce sans conséquence pour la santé ?
PUB

Le Spartathlon, c'est tout simplement 246 km de course (presque six marathons !) que les athlètes arrivent à parcourir en moins de 36 heures On peut très clairement parler de sport extrême. L'organisme s'en sort-il intact ? On se doutait bien que la réponse est non, mais on n'imaginait pas à quel point. Une équipe médicale a ainsi effectué une prise de sang chez 15 athlètes âgés de 31 à 46 ans, avant, juste après et 48 heures après l'épreuve de Spartathlon. Les résultats signent d'importants dégâts et une inflammation majeure.

Les dégâts se voient par la mesure de l'ADN libre circulant dans le sang. Cet ADN provenant de l'intérieur des cellules, sa présence dans le sang témoigne de leur destruction. Eh bien l'ADN circulant est multiplié par dix !

Une inflammation majeure

L'inflammation se mesure avec des marqueurs comme l'interleukine 6 qui est libérée par les cellules lors de la réaction inflammatoire. Les chercheurs ont mesuré des taux d'interleukine 6 multipliés par 8000 ! (avec heureusement un retour à la normale en 48 heures). La CRP, un autre marqueur classique de l'inflammation, est multipliée par 152, taux dont le retour à la normale ne s'était pas effectué en 48 heures. Un autre signe de la souffrance cellulaire massive est la baisse des triglycérides et du cholestérol pendant la course. Les membranes cellulaires sont en effet composées de lipides élaborés à partir du cholestérol.

De tels résultats permettent de comprendre les risques que l'on prend quand on dépasse ses limites sans être vraiment entraîné. Une inflammation majeure sur un terrain fragilisé entraîne un risque important de faire un accident cardiovasculaire.

PUB
PUB

Que retenir en pratique ?

Si vous devez reprendre un sport après 45 ans, il faut au préalable faire un électrocardiogramme d'effort. Cela permettra d'être rassuré sur ce plan. Ensuite, il faut vous entraîner progressivement en fonction de vos objectifs en écoutant votre corps et ses limites. Enfin, si vous voulez pousser vos limites, il vaut mieux le faire dans une activité encadrée avec un entraîneur qui vous guidera dans l'art clé de la récupération.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 06 Septembre 2005 : 02h00
Source : A Margeli et al. 'Dramatic elevation of interleukin-6and acute phase reactants in athletes participating in the ultradistance foot race Spartathlon: severe systemic inflammation and lipid and lipoprotein changes in protracted exercice.' J Clin Endoc Metab 90,3914-8, 2005.
PUB
PUB
A lire aussi
Endurance : le cœur fait-il l’athlète ?Publié le 28/11/2016 - 09h38

Le cœur des sportifs n’a presque plus de secret pour le Pr Pierre Croisille, directeur adjoint de l’unité de recherche CREATIS (CNRS 5220, INSERM 1206, Université de Lyon, Saint-Etienne) qui travaille sur l’imagerie fonctionnelle cardiaque et musculaire dans les sports d’endurance. Ce...

Quel est le taux idéal de cholestérol ?Publié le 20/06/2018 - 08h00

Un taux anormalement haut de cholestérol est mauvais pour l'organisme, celui-ci favorise le développement des maladies cardio-vasculaires. Le bon cholestérol (ou cholestérol HDL) doit être le plus bas possible pour limiter les facteurs de risque. Mais quelles sont les normes du taux de...

Cholestérol : le taux à ne pas dépasserPublié le 05/05/2018 - 13h02

Le cholestérol est accusé d’être un facteur favorisant de nombreuses et graves pathologies cardiovasculaires. C’est donc tout naturellement, qu’en fonction de plusieurs facteurs de risques et à partir d’un certain âge, que votre médecin peut être amené à vous prescrire des analyses...

Plus d'articles