Activité physique : indicateur de santé

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 27 Mars 2006 : 02h00
La sédentarité est l'un des facteurs de risque des nombreuses pathologies telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, l'obésité, l'hypertension ou encore certains cancers. Cette raison est-elle suffisante pour motiver les Français à bouger et à respecter les recommandations selon lesquelles une demi-heure minimum de marche rapide par jour est requise ? Le Baromètre santé 2005 apporte des éléments de réponse.
PUB

La sédentarité à l'origine de bien des maux

Notre mode de vie moderne a bouleversé beaucoup de nos habitudes, à commencer par notre alimentation et par l'activité physique. En effet, les occasions de bouger se sont considérablement réduites (moyens de transport, diminution des tâches manuelles, nouveaux loisirs sédentaires, etc.), tandis que les aliments de plus en plus gras et sucrés abondent. Or une alimentation inadéquate et une activité physique insuffisante représentent les principaux facteurs de risque de maladies chroniques telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires, l'obésité, l'hypertension et certains types de cancers. Selon l'organisation mondiale de la santé (OMS), l'inactivité physique a provoqué environ 1,9 million de décès en 2001. Elle est à l'origine de 10 à 16% des cas de cancer du sein, du côlon et du rectum, de diabète sucré, et d'environ 22% des maladies cardiaques.

PUB
PUB

Activité physique : une demi-heure de marche par jour minimum

En France, la promotion de l'activité physique est un des neuf objectifs prioritaires du Programme national nutritionnel santé (PNNS). Il est expressément recommandé de pratiquer l'équivalent d'au moins une demi-heure de marche rapide par jour, au minimum cinq jours par semaine. On comprend aisément que le niveau d'activité est un indicateur de santé publique. C'est pourquoi ce thème a été ajouté au Baromètre santé 2005 de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Les données obtenues à partir des réponses de 7.000 personnes âgées de 18 à 65 ans, à un questionnaire, sont fort intéressantes.

  • 41,9% des personnes interrogées déclarent ne pas avoir pratiqué d'activité physique durant la semaine écoulée.
  • 27,8% en ont fait au moins trois fois dans la semaine et ce sont deux fois plus souvent des hommes que des femmes (36% contre 20%).
  • Les activités intenses de longue durée sont davantage pratiquées par les hommes (72% contre 51% de femmes pour plus d'une heure un jour moyen).
  • 31% des Français réalisent une activité physique modérée (en dehors de la marche) au moins cinq jours par semaine. Ce sont davantage des femmes et des jeunes. 15,5% n'en pratiquent pas du tout.
  • Concernant la marche, 10% déclarent avoir marché au moins une fois dix minutes d'affilées dans la semaine, 60% au moins cinq fois et 49% tous les jours. Les adultes de 45 ans et plus sont les plus nombreux à marcher fréquemment et longtemps.En conclusion, les activités intenses sont davantage pratiquées par les hommes et les jeunes, et les activités modérées par les femmes en nombre de jours, mais pas en durée. Quant à la marche, ce sont surtout les plus âgés qui la pratiquent.À noter que la durée, la fréquence et l'intensité des activités physiques déclarées par les personnes interrogées sont difficiles à évaluer. Les activités physiques modérées ont été définies comme celles demandant un effort physique modéré et qui font respirer un peu plus difficilement que normalement : port de charges légères, passer l'aspirateur, faire du vélo tranquillement.Les activités intenses ont été définies comme celles qui demandent un effort physique plus important et font respirer beaucoup plus difficilement que normalement : port de charges lourdes, bêcher, VTT, foot.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 27 Mars 2006 : 02h00
Source : Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), Baromètre santé 2005, 9 mars 2006.
PUB
PUB
A lire aussi
L’activité physique protège du cancer de l’endomètrePublié le 12/11/2010 - 09h53

Si l’activité physique protège les femmes du cancer de l’endomètre, la sédentarité, comme le fait de passer de longues heures assise, augmente inversement le risque de cancer de l’endomètre. Reste à savoir dans quelle proportion et quel est le niveau d’activité physique idéal à...

Le sport : de vrais bénéfices contre le cancer du seinPublié le 21/10/2013 - 08h54

Avant (en prévention), pendant et après un cancer du sein, l’activité physique est particulièrement recommandée aux femmes.Il est maintenant bien démontré que se bouger régulièrement est un atout pour réduire les risques de développer un cancer du sein. Et les preuves s’accumulent également en prévention des récidives d’un cancer du sein....

Plus d'articles