Souffrez-vous d'endométriose ?
Publié le 28 Mai 2019 par Sophie Raffin, journaliste santé
Validé par : Dr Pia de Reilhac, Gynécologue

Endométriose : quelle est la prise en charge ?

Souffrez-vous d'endométriose ?© Istock

Malheureusement, à l'état actuel des avancées médicales, avoir le diagnostic n'empêche pas la maladie. Les médecins peuvent toutefois travailler avec la patiente pour diminuer ou faire disparaître sa douleur constante.

La gynécologue explique : “Actuellement le seul traitement recommandé pour mettre un terme à la douleur est de supprimer les règles”. En effet, comme les lésions sont constituées de tissu endométrial, elles se comportent comme l'endomètre. Ainsi si on supprime les règles, il y a beaucoup moins de douleurs, surtout au début de la maladie.

PUB

Toutefois, cette solution peut-être problématique pour certaines. “Il faut que les femmes acceptent de se mettre sous estroprogestatif - c'est-à-dire être sous pilule - sans aucun arrêt. C'est une démarche compliquée. Surtout que de plus en plus de femmes se méfient de la pilule”.

PUB

Il est également possible de retirer les lésions chirurgicalement. Toutefois, cette solution est au cas par cas. “Par exemple pour les kystes au niveau des ovaires, l'intervention chirurgicale n'est pas forcément recommandée pour les femmes jeunes ayant un désir d'enfant. Si on enlève le kyste, l'ovaire peut être touché, ce qui réduit la fertilité”.

Quels sont les remèdes non médicamenteux pour soulager les douleurs ?

Pia De Reilhac ajoute : “Il est importante d'éviter d'arriver au stade de la “Douloureuse”, c'est -à-dire une femme qui a tellement mal qu'elle se coupe du monde”. Elle poursuit : “Lorsque la patiente est devenue malheureusement une “Douloureuse”, il est important de la prendre en charge aussi bien médicalement que psychologiquement et physiquement”. Il peut par exemple être intéressant - pour celles qui souffrent depuis plusieurs années -, de se tourner vers la kinésithérapie ou l'ostéopathie.

La douleur provoquant des tensions, les séances de kiné ou d'ostéo peuvent entre autres les aider à lâcher-prise et se détendre. Les plus sportives ont aussi la possibilité de se tourner vers le Pilate ou le yoga. Ces activités proposant des étirements qui soulagent les douleurs.

Source : Pia De Reilhac, Présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale
Fertilité, endométriose : l’Inserm fait le point sur les recherches, Inserm, le 30 avril 2019
L'Association EndoFrance
L'association Endomind
Comprendre l'endométriose, Ameli, 20 septembre 2018
La rédaction vous recommande sur Amazon :