Quelle est cette association entre soda light et accident cardiaque ?

© getty

Selon une étude menée à l’Université de Miami, la consommation quotidienne de sodas light augmente le risque d’accidentcardiaque.

PUB

Plus de 2.500 volontaires ont été suivis durant 10 ans. Durant cette expérience, différentes données concernant les habitudes alimentaires et l’état de santé des participants ont été régulièrement recueillies. Après analyse, les chercheurs constatent que les sujets qui ont consommé tous les jours des boissons light ont vu leur risque d’accidentvasculairecérébral, d’infarctusdu myocarde et de décès d’origine vasculaire augmenter. Cette hausse atteint 43% par rapport aux personnes qui ne consomment pas du tout de boisson light. A noter que les consommateurs moins effrénés de sodas light, à savoir moins de 6 sodas par semaine, et les consommateurs de sodas non light ne présentent pas un tel sur-risque.

PUB
PUB

Les auteurs de cette étude restent très prudents. Pas question d’accuser d’emblée les édulcorants. Le mécanisme à l’origine de cette relation n’est pas connu, il doit être éclairci avant de conclure une cause à effet. En attendant, on peut retenir de cette étude que les excès sont toujours particulièrement néfastes. Consommer des sodas, même light, tous les jours est vivement déconseillé. Notre organisme a besoin d’une alimentation équilibrée, saine et variée.

Et puisque nous parlons d’accident cardiaque, profitons-en pour rappeler que l’infarctus et l’accident vasculaire cérébral sont des urgences absolues. Reconnaître les symptômes respectifs de ces accidents permet d’appeler les urgences immédiatement et de gagner de précieuses minutes.

Les signes de l’infarctus : une douleur très brutale dans la poitrine, une sensation d'oppression, des sueurs froides, des nausées, des vomissements, un essoufflement...

Les signes de l’accident vasculaire cérébral : un engourdissement brutal d'un seul côté (droit ou gauche) touchant le visage, un bras, une jambe, voire une paralysie d’un seul côté, des étourdissements, des vertiges, un trouble de l'élocution, de la vue, des maux de tête intenses, des vomissements…

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 03 Février 2012 : 17h40
Mis à jour le Lundi 06 Février 2012 : 08h02
Source : Gardener H. et al., J. Gen. Intern. Med., publication accélérée en ligne le 27 janvier 2012.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés