Promenades en forêt : maladie de Lyme et méningo-encéphalite à tiques

Ces deux maladies transmises par les tiques lors de promenades en forêt sont à connaître et à différencier. La première est bactérienne et traitée par antibiotiques. Contre la seconde, qui est virale, plus rare mais particulièrement dangereuse, il n'existe aucun traitement. En revanche, un vaccin est disponible. Que faut-il savoir sur ces redoutables pathologies ?
Publicité

Près de 850 espèces de tiques ont été décrites à travers le monde. En Europe, c'est la tique Ixodes ricinus qui est le principal vecteur de la maladie de Lyme et de la méningo-encéphalite à tiques (MET), deux pathologies très différentes qu'il faut connaître. Ces tiques se trouvent le plus souvent dans l'environnement forestier, mais peuvent également être transportées par les oiseaux et colportées dans les jardins publics ou privés des zones urbaines. Aimant la chaleur et l'humidité, les tiques sont plus actives de mars à octobre.

Maladie de Lyme

Elle est due à la bactérie Borrelia burgdorferi. Le plus souvent transmise par la morsure de tiques, elle peut aussi l'être par d'autres insectes piqueurs comme les taons. Elle touche en France 10.000 et 27.000 personnes chaque année. Cette bactérie est présente sur l'ensemble du territoire, à l'exception d'une petite bande en zone méditerranéenne.

Signes cliniquesLe premier stade se caractérise par un érythème chronique migrant, véritable marqueur de la maladie, parfois associé à un syndrome pseudo-grippal.Plusieurs semaines, voire plusieurs mois après la contamination, la maladie peut prendre des aspects différents avec des manifestations neurologiques, arthritiques inflammatoires ou cardiaques.

Publicité
Publicité

Toutes ces manifestations doivent être traitées par des antibiotiques, le plus tôt possible, afin d'obtenir une guérison rapide et de prévenir les complications. Sans traitement, les symptômes risquent de devenir chroniques.Il n'existe actuellement pas de vaccin préventif.

La méningo-encéphalite à tiques (MET)

Cette pathologie rare, due à un virus transmis par les tiques, peut être très invalidante, exceptionnellement mortelle. Plusieurs foyers existent en France et sont localisés principalement en Alsace et dans les Vosges (forêt de Neuhof, près de Strasbourg, et vallée de Huebwiller). De plus, trois nouveaux foyers ont été identifiés récemment dans la région d'Annecy.

Signes cliniquesLa période d'incubation dure de 7 à 14 jours. Ensuite, quelques jours plus tard, des symptômes pseudo-grippaux non caractéristiques se manifestent. Après un intervalle d'environ 8 jours, une seconde phase implique le système nerveux central, dont l'évolution cliniquement plus grave nécessite une hospitalisation d'au moins trois semaines : méningites, méningo-encéphalites, méningo-encéphalomyélite ou méningomyélite. Les principaux symptômes sont des céphalées sévères, des nausées, une raideur de la nuque et une forte fièvre. Les principales complications sont des troubles de la concentration, des céphalées persistantes, des troubles du système nerveux autonome, des troubles de l'humeur, des handicaps psychiques, diverses paralysies, etc.

Contre cette maladie potentiellement mortelle, il n'existe aucun traitement spécifique. Toutefois, un vaccin préventif spécifique est disponible : TicoVac®. Il est en vente libre en pharmacie, mais n'est pas remboursé par la Sécurité sociale.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 18 Août 2004 : 02h00
Source : Communiqué des laboratoires Baxter, " Maladies de Lyme, Méningo-encéphalite à tiques, comment les différencier ? ", 2004.