Plan National Nutrition Santé : vaincre la " malbouffe " et l'obésité

© Istock

PNSS : sous ces quatre majuscules, se cache le Programme National Nutrition Santé. Vaste programme, heureusement initié par les pouvoirs publics, mis en place en 2001 et relancé en septembre avec une grande campagne de communication. Comment le mettre en pratique et résister aux arguties publicitaires ?

PUB

Bien manger et bouger

Nombreux sont les objectifs du PNNS ! Si tous atteignaient leur but, la grande majorité des Français quitteraient la vie en bonne santé et à un âge avancé, mince et avec des os en béton. Son but est en effet de réduire la fréquence de ces maladies d'autant plus dévastatrices que l'on vit plus vieux et que l'on a le temps de les développer : cancers digestifs, maladies cardio-vasculaires, ostéoporose et, bien sûr, l'obésité des enfants et des adultes qui ne cesse de croître, favorisant l'installation plus précoce de certains cancers et des troubles cardio-vasculaires. Toutes ces affections, qui furent un temps justement baptisées « maladies de civilisation », sont liées à l'alimentation et au mode de vie actuels. C'est pourquoi, le slogan de base du PNNS est : « bien manger et bouger ». Parce qu'une alimentation trop copieuse, trop grasse et trop sucrée, associée à la sédentarité, est à l'origine de tous ces maux dévastateurs qui coûtent très cher à la société.

PUB
PUB

2001 : promotion des fruits et légumes...

Les Français ne consomment pas assez de légumes et de fruits, d'où un manque de vitamines, de sels minéraux et de fibres. Au cours de ces quatre dernières années, on a vu nombre de campagnes publicitaires nous incitant à en consommer davantage. Avec quelques résultats positifs : en 2003 les achats ont un peu augmenté (1 à 3%), les jeunes consommateurs en ont mangé plus. Mais on a malheureusement assisté à quelques récupérations du PNNS, pour le moins mal venues, par certains industriels pour qui le mot éthique doit appartenir au langage martien. Ainsi, un confiturier a publié des pages de publicité vantant ses produits et s'appuyant sur le fait que le PNNS recommande de consommer des fruits. Comme si les confitures ne contenaient pas autant de sucre (sinon plus) que de fruits !Marche à suivreMettez des légumes au menu de chaque repas. Pour gagner du temps, utilisez ceux qui sont surgelés. Au dîner, un bon gros potage de légumes apporte le quota nécessaire, inutile de se casser la tête. Quant aux desserts : salade de fruits frais (qui se mangent plus facilement que lorsqu'il faut les éplucher !) et compotes. Sans oublier l'indispensable laitage nécessaire pour le quota de calcium.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Mardi 18 Octobre 2005 : 02h00